EconomieTech

L’impression 3D pourrait aider à fabriquer plus rapidement des armes de destruction massive

La prolifération de l’impression 3D, combinée aux progrès de l’intelligence artificielle, pourrait permettre à des Etats ou à des individus de fabriquer plus facilement des armes nucléaires, chimiques et biologiques, met en garde un rapport publié par un groupe de recherche du Middlebury Institute of International Studies de Monterey.

Risques

La combinaison de l’impression 3 D et de l’IA crée trois principaux domaines de risque, selon les auteurs du rapport. Dans un premier temps, un Etat tel que la Corée du Nord pourrait améliorer son programme d’armes de destruction massive. Le pays pourrait ainsi augmenter sa production d’armes nucléraires grâce à l’impression 3D de pièces de roquettes ou de compostants de systèmes de propulsion.

« L’utilisation d’imprimantes 3D pourrait augmenter les capacités de la Corée du Nord à produire plus de missiles plus rapidement, ou du moins à concevoir des prototypes de missiles plus rapidement », a déclaré Robert Shaw, co-auteur du rapport et directeur du programme de contrôle des exportations et de non-prolifération de l’institut.

Le deuxième danger potentiel est que les imprimantes 3D puissent aider à établir un programme d’armement en fournissant l’infrastructure requise et ce, sans que les observateurs internationaux ne puissent l’apercevoir . Les observateurs peuvent actuellement surveiller la chaîne d’approvisionnement mondiale pour détecter les signes indiquant que quelqu’un est en train de construire une usine destinée à produire des armes de destruction massive. Actuellement, l’importation et l’exportation de certaines substances font l’objet de réglementations et de contrôles strictes. L’impression 3D industrielle pourrait potentiellement permettre de contourner certains des cadres de contrôle.

Cygne noir

Le troisième risque est un cygne noir. Les « cygnes noirs » (‘Black Swans’), sont des événements extrêmes qui surprennent et ont un impact majeur.

“Il s’agit d’une menace que personne ne voit venir. Nous pensons qu’il pourrait s’agir de quelque chose de totalement nouveau, quelque chose auquel personne ne pense et qui aurait les capacités d’armes de destruction massive », avertit Shaw.

Tout le monde n’est cependant pas convaincu que l’impression 3D augmentera les possibilités d’apocalypse.

« Pour les acteurs étatiques, l’impression 3D peut être utile… mais je ne pense pas qu’elle puisse résoudre de manière magique beaucoup de problèmes », a déclaré Martin Pfeiffer, doctorant à l’Université du Nouveau-Mexique et expert en anthropologie du guerre nucléaire. « Pour les acteurs non étatiques, elle pourrait vous permettre de faire certaines choses avec une empreinte de visibilité réduite, mais vous ne pouvez pas imprimer en 3D un noyau de plutonium ou d’uranium hautement enrichi. »

Menace plausible

Giacomo Persi Paoli, chercheur à l’institut de recherche RAND Europe, a enquêté pour l’ONU sur les armes de petit calibre imprimées en 3D. « Ce que disent les chercheurs du Middlebury est plausible. Toutefois, l’impression d’une arme en 3D est plus difficile qu’il n’y paraît ».

Le marché de l’impression 3D a explosé ces cinq dernières années et reste en grande partie non réglementé.

« Cette technologique progresse rapidement. C’est quelque chose auquel les décideurs politiques devraient faire attention », a déclaré Paoli. « C’est une menace plausible. Ce n’est pas immédiat, mais ce risque ne devrait pas être écarté. »

L’impression 3D pourrait faire partie de la chaîne logistique des armes de destruction massive au cours des 10 prochaines années. « Actuellement, les personnes n’y prêtent pas suffisamment attention », a déclaré le co-auteur, Miles Pomper. « Nous tentons de tirer la sonnette d’alarme pour que les autorités se concentrent sur ce sujet. »

Tags
Show More

Express devient Business AM

Close
Close