‘L’immigration est responsable de la baisse des salaires des employés britanniques peu qualifiés’

La Banque d’Angleterre vient de publier un rapport qui pourrait apporter de l’eau au moulin des populistes de tous poils: il indique que l’immigration est responsable de la baisse des salaires que l’on a constatée sur les emplois des serveurs, des agents de nettoyage et des personnels de soins.

La banque centrale britannique a calculé qu’une augmentation de 10% de la proportion d’immigrants pourrait faire baisser les salaires des emplois peu ou pas qualifiés dans le secteur des services de 1,9%.

Le rapport montre que 0,5% de la baisse que l’on constate sur l’ensemble des salaires proviennent des salaires inférieurs que les migrants perçoivent par rapport à ceux des nationaux britanniques. Les économistes se sont étonnés de la faiblesse de cet impact, mais ils l’expliquent par le fait que les nationaux britanniques travaillant sur les emplois peu qualifiés subiraient l’essentiel de la baisse des salaires, ce qui implique que c’est l’immigration en elle-même, et la concurrence qu’elle induit entre les travailleurs, qui a poussé les salaires à la baisse d’une manière générale.

Pour établir ce rapport, les économistes de la banque ont examiné 23 années de données, jusqu’en 2014, ce qui signifie qu’il prend en compte les vagues d’immigrations issues de l’ouverture des frontières pour des pays membres de l’UE tels que la Pologne, la Hongrie, et la Lituanie, contrairement aux rapports précédents qui ne portaient au maximum que sur les années du début du millénaire, avant l’entrée de ces pays au sein de l’UE.

A fin novembre 2015, le Royaume Uni comptait 2,1 millions de migrants issus des différents Etats membres de l’UE. Parmi eux, on recense 219.000 migrants bulgares et roumains, mais surtout 881.000 migrants issus de la “vieille Europe”, c’est à dire de pays tels que l’Espagne ou la Grèce.

 

 

Show More
Close
Close