Economie

L’expatriation, la seule issue pour les diplômés universitaires sud-coréens

En Corée du Sud, les diplômés universitaires tentent de plus en plus de se construire une carrière professionnelle à l’étranger. Face à une pénurie d’emplois sans précédent, de nombreux jeunes sud-coréens s’inscrivent maintenant à des programmes parrainés par le gouvernement. Ces programmes sont développés afin de permettre aux diplômés universitaires sans emploi de trouver des postes à l’étranger.

Des programmes gérés par l’État, tels que K-move, conçus pour connecter les jeunes à des « emplois de qualité » dans 70 pays, ont permis à 5.783 diplômés de trouver un emploi à l’étranger l’année dernière, soit plus du triple du nombre enregistré en 2013.

Chaebol

Ces dernières années, près d’un jeune sud-coréen sur cinq est au chômage. Il s’agit d’un taux bien au-dessus de la moyenne de 16% des pays membres de l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE).

Par conséquent, de nombreux jeunes sud-coréens cherchent un moyen de se rendre à l’étranger afin d’échapper aux problèmes sur leur propre marché du travail. Environ un candidat sur trois s’installent au Japon, tandis qu’un quart part travailler aux États-Unis.

Alors que l’Inde et d’autres pays sont confrontés aux mêmes défis pour créer des emplois pour une main-d’œuvre qualifiée, la domination des conglomérats gérés par une famille, appelées chaebol, rend la Corée du Sud particulièrement vulnérable d’un point de vue économique.

Les dix plus grands groupes du pays, dont Samsung et Hyundai, représentent plus de la moitié de la capitalisation boursière totale du pays. Cependant, seulement 13% de la main-d’œuvre sud-coréenne travaille dans des entreprises de plus de deux cent cinquante employés. Au sein de l’OCDE, seule la Grèce a un score inférieur. Au Japon, en revanche, ce chiffre atteint 47%.

« Les grandes entreprises sud-coréennes ont développé un modèle commercial qui leur permet de survivre sans avoir à augmenter les taux d’embauche alors que les coûts de la main-d’œuvre grimpent et que les licenciements restent difficiles », affirme Kim So-Young, professeur d’économie à l’université nationale de Séoul.

Cols bleus

La Corée du Sud a le plus haut niveau d’éducation de l’ensemble des pays de l’OCDE. Les trois quarts des jeunes sud-coréens titulaires d’un diplôme de l’enseignement secondaire poursuivent des études à l’université. L’OCDE a une moyenne de 44,5%.

« Cependant, un groupe important de demandeurs d’emploi hautement qualifiés a de plus en plus de difficultés pour trouver un emploi », expliquent les observateurs. « La Corée du Sud fait venir davantage d’étrangers pour résoudre un autre problème de main-d’œuvre: une grave pénurie de cols bleus » Ces travailleurs viennent d’Indonésie, des Philippines, du Vietnam et de Chine.

« C’est souvent une opération coûteuse », déclarent les dirigeants de sociétés sud-coréennes. L’entreprise doit payer les frais d’hébergement, de restauration et autres de ces travailleurs. Dans le cas contraire, ils seront attirés par d’autres entreprises. Cependant, les entreprises n’ont pas le choix car elles ne sont pas capables de trouver assez de candidats pour pourvoir les postes vacants.

« La Corée du Sud paie le prix de sa surprotection d’emplois de premier plan et de son enthousiasme pour l’éducation, ce qui fait qu’un nombre important de personnes ne souhaitent occuper que ce petit nombre de postes de haut niveau », a déclaré Ban Ga-woon, chercheur sur le marché du travail chez Korea Research, l’Institut coréen de recherche sur l’enseignement et la formation professionnels.

Tags
Show More
Close
Close