‘Les travailleurs américains se sont fait rouler’

« Ne critiquez pas les Américains quand ils critiquent la Chine », nous demande Megan McArdle dans BloombergPendant des années, les partisans du libre-échange ont allègrement vanté les avantages des importations bon-marché en provenance de l’étranger et ont écarté les récriminations des travailleurs qui avaient perdu leur travail à cause de la mondialisation. Mais une nouvelle étude menée par les économistes réputés David Autor, David Born, et Gordon Hanson a démontré que ces travailleurs avaient raison : l’abondante main d’œuvre chinoise, faiblement rémunérée, a ravagé l’industrie manufacturière aux Etats-Unis et a détruit les moyens de subsistance de millions de travailleurs américains de la classe moyenne. Ces économistes ont découvert que l’une des hypothèses fondamentales des libre-échangistes – selon laquelle les travailleurs peuvent retrouver un autre travail lorsqu’ils perdent leur emploi – était totalement fausse. Quand des millions d’emplois ont disparu dans la manufacture des textiles, des meubles, et dans l’industrie électronique, les ouvriers qualifiés n’ont pas retrouvé d’emploi similaire aux Etats-Unis.

Faire avec

Et alors, que faire ? Malgré les promesses des hommes politiques, pour ces employés, « les problèmes ne seront pas réglés » par des impôts plus élevés sur les riches ou sur les sociétés, un salaire minimum plus élevé, ou des indemnités plus généreuses. Et il est beaucoup trop tard pour redonner vie aux usines fermées ou aux industries obsolètes en augmentant les droits de douane sur les produits chinois. « Quelles que soient les erreurs qu’on a faites il y a 20 ans, on est obligés de faire avec maintenant », conclut-elle.

Show More

Express devient Business AM

Close
Close