Economie

Les téléchargements musicaux sont en voie d’extinction

Le disque n’est pas mort, loin de là. Selon la Recording IndustryAssociation of America, l’année dernière, il s’est vendu plus de CD et devinyles que de téléchargements aux États-Unis. C’est la première fois que celase produit depuis 2011. Mais le plus gros canal de diffusion de la musiquedemeure le streaming, qui a connu une croissance de 50 % l’année dernière.

Finalement, les téléchargements n’auront pas révolutionné lemonde de la musique, et il semble même qu’ilssoient déjà en déclin. Il avait fallu plus d’une décennie après lelancement de l’iPod pour que leurs ventes dépassent celles des CDs et des vinyles.

Mais les disques et les CDs ont pris leur revanche, et l’année dernière, lesventes issues des téléchargements se sont écroulées de 25 % aux États-Unis. C’estla 3e année consécutive qu’elles sont en baisse, et que le rythme dece déclin dépasse les 10 %. En revanche, les ventes de supports physiques n’ontbaissé que de 4 %. Ces dernières se sont établies à 1,5 milliard de dollars, etelles dépassent de ce fait le chiffre d’affaires issues des téléchargements, quitotalisent 1,3 milliard de dollars.

Lerapport de la Recording Industry Association of America (RIAA), d’oùproviennent ces chiffres, indique également que les ventes de CD ont baissé de6 %. En revanche, lesvinyles ont à nouveau la cote, et il s’en est vendu 10 % de plus parrapport à 2016.

Un marché en plein essor grâce au streaming

L’industrie musicale ne s’est jamais aussi bien portéedepuis 2008. L’année dernière, ce marché a généré 8,7 milliards de dollars derecettes, et il a crû pour la seconde année consécutive. La majeure partie decette hausse provient de nouveaux abonnements àdes services de streaming tels que ceux qui sont proposés par Spotify etApple Music. Ces derniers ont connu une croissance supérieure à 50 %, et raflentdésormais les 2/3 des recettes du secteur. Par comparaison, les CDs et lesvinyles représentent 17 % des ventes, et les téléchargements, 15 %.

© EPA

Les albums ne sont plus pertinents, dixit Tiësto

Les téléchargements musicaux ne sont probablement pas lesseuls à être menacés de disparition dans l’industrie musicale. Au cours d’une interviewdonnée au New York Post récemment, le DJ hollandais Tiësto (notre photo ci-dessus) a expliqué qu’ilpensait que le format de l’album était également condamné: « Les gens ne disposent plus de la capacité d’attentionnécessaire pour écouter des albums entiers. L’album était un voyage, etmaintenant, ce voyage se fait d’un titre à un autre. Les gens veulent composer eux-mêmesleurs propres albums ‘best of’, maintenant ».

Show More
Close
Close