Economie

Les promoteurs de concerts se détournent de la technologie de reconnaissance faciale

Les principaux organisateurs de concerts aux États-Unis ont décidé de renoncer à leur intention de numériser les festivaliers à l’aide de la technologie de reconnaissance faciale, du moins pour le moment. Via cette décision, ils répondent aux commentaires négatifs de musiciens et d’un certain nombre de partis. En effet, AEG Presents et Live Nation ont récemment annoncé qu’ils utiliseraient la reconnaissance faciale lors de concerts et de festivals.

Cette technologie est censée apporter des avantages à la fois aux organisateurs et aux visiteurs. Cependant, la décision a rapidement suscité de vives critiques.

L’utilisation de la biométrie permet de reconnaître le visiteur individuel d’un événement. La technologie peut être utilisée à différentes fins. « Entre autres choses, il serait possible d’identifier les visiteurs fidèles », expliquent les promoteurs. « On pourrait alors leur offrir une récompense ou un avantage. »

Risques de la reconnaissance faciale

Cependant, les détracteurs ont mis en garde contre les dangers potentiels de l’utilisation de la reconnaissance faciale. Cette technologie permet aux autorités d’analyser en temps réel le comportement de membres de l’audience.

AEG Presents a depuis lors annoncé son intention de ne pas avoir recours à la reconnaissance faciale lors d’événements. Live Nation a également pris la même décision. La société a ajouté qu’à l’avenir, si la technologie était déployée, chaque visiteur individuel devrait fournir une autorisation explicite.

De cette manière, selon Live Nation, personne ne devrait craindre que ses données personnelles soient collectées, utilisées ou partagées.

Foot

Selon Associated Press, l’industrie de la musique n’utilise pas massivement la reconnaissance faciale. « Le site le plus célèbre qui utilise cette technologie est peut-être le Madison Square Garden à New York », a déclaré l’agence de presse.

La Ligue majeure de base-ball, d’autre part, utilise la biométrie – comme les empreintes digitales ou les scans d’iris. En Europe, on a pensé utiliser cette technologie pour identifier les supporters de football turbulents. En Chine, la police a eu recours à la reconnaissance faciale pour démasquer les suspects d’infractions pénales lors de concerts.

Récemment, les promoteurs d’événements musicaux américains ont été contraints de divulguer leurs plans de reconnaissance faciale suite aux pressions du groupe de défense des droits numériques Fight for the Future. L’organisation a demandé à des dizaines d’organisateurs de festivals de s’engager à ne pas utiliser une technologie qu’elle qualifie d’invasive et de partialité raciale.

Tags
Show More

Express devient Business AM

Close
Close