Economie

Les problèmes de Boeing ont coûté 3,6 milliards d’euros par trimestre à l’industrie aéronautique

Pour chaque trimestre durant lequel le Boeing 737 Max doit rester au sol, l’industrie aéronautique perd 4 milliards de dollars. Le coût financier pour Boeing mais également pour les fournisseurs et les compagnies aériennes ne cesse d’augmenter, écrit le magazine The Economist, soulignant que tout le secteur de l’aviation espère maintenant que le 737 Max sera à nouveau autorisé à voler.

Les autorités ont décidé de maintenir l’avion au sol après que 346 personnes sont mortes dans deux de ces crashes, survenus en Ethiopie et en Indonésie, en moins de six mois.  Dans les deux accidents, un logiciel visant à éviter les décrochages aérodynamiques a été mis en cause. 

Rouage central de l’industrie américaine

Boeing est depuis longtemps un rouage central de la machine industrielle américaine. Chaque année, la société vend du matériel et des services aérospatiaux pour 100 milliards de dollars dans le monde entier et verse 45 milliards de dollars à d’autres sociétés américaines. Un travailleur américain sur 100 travaille directement ou indirectement pour Boeing

« Ce qui est bon pour Boeing l’est aussi pour l’économie américaine », explique The Economist.

Suite à ces tragédies, les autorités aéronautiques américaines ont décidé en mars dernier de maintenir le 737 Max au sol. Cependant, Boeing a choisi de poursuivre la production de l’appareil.

Par conséquent, Boeing dispose d’un stock d’avions terminés, d’une valeur de 6 milliards de dollars. Ces avions attendent toujours d’être livrés. Ils occupent tout l’espace libre de Boeing, y compris les parkings. Tout le secteur attend que le 737 Max soit de nouveau opérationnel d’ici à la fin de l’année. Les compagnies aériennes sont également dans l’expectative. Des compagnies comme Southwest et American Airlines, qui utilisent ce type d’avion, ont dû annuler des milliers de vols. Par conséquent, elles ont subi des pertes importantes.

Le Boeing 737 Max est particulièrement populaire. Il s’agit de l’avion le plus vendu et le plus économe en carburant de Boeing. Les compagnies espéraient ainsi pouvoir réaliser des économies de coûts significatives. Lancé en 2011, cinq mille exemplaires ont depuis lors été commandés. Près de quatre cents appareils ont été livrés à ce jour.

Certaines compagnies aériennes ont prévu de réutiliser ce type d’avion dès novembre. Elles partent du principe qu’une fois que Boeing aura corrigé le logiciel défectueux en septembre, la Federal Aviation Administration des États-Unis et ses homologues d‘autres pays autoriseront une remise en service de l’avion avant la fin de l’année.

Aide

Selon The Economist, ces attentes semblent trop optimistes. Même si les régulateurs approuvent le nouveau logiciel, il faudra six à huit semaines pour que les avions soient à nouveau dans les airs. En outre, on ne sait pas encore si les pilotes devront recevoir une formation supplémentaire dans des simulateurs de vol pour pouvoir utiliser le nouveau logiciel. Cela pourrait entraîner des retards supplémentaires.

Entre-temps, les compagnies aériennes comblent les lacunes avec d’autres avions. Cependant, cela entraîne une consommation de carburant plus importante et une hausse des coûts.

« Les entreprises comptent sur une compensation de Boeing », précise The Economist.

Cependant, cela ne s’applique pas aux fournisseurs. Ces dernières années, de nombreuses fournisseurs ont même dû réduire leurs marges bénéficiaires sous la pression de Boeing. De nombreux fournisseurs ont investi dans des capacités supplémentaires pour pouvoir continuer à fournir dans les délais des pièces pour la production initiale de 737 Max.

Les problèmes peuvent également avoir de nombreuses conséquences pour Boeing. Selon Goldman Sachs, le 737 Max représente un tiers du chiffre d’affaires total du groupe au cours des cinq prochaines années.

Bien qu’aucune commande n’ait été annulée jusqu’à présent, Boeing n’a pas non plus enregistré de nouvelle commande. Boeing a admis que d’autres retards pourraient l’obliger à réduire davantage sa production, voire même à l’arrêter complètement.

Avenir de Boeing

Entre-temps, le fabricant a déjà décidé de différer le développement du successeur du modèle vieillissant 757. Le cours de son action a chuté de 25% au cours des cinq derniers mois. Par conséquent, la société a perdu 62 milliards de dollars de sa valeur boursière.

Le groupe a annoncé une perte trimestrielle record de 2,9 milliards de dollars au cours du deuxième trimestre de cette année, après avoir réservé 4,9 milliards de dollars pour indemniser les compagnies aériennes en colère. En outre, le constructeur devra peut-être consacrer plus de fonds à d’autres éventualités. Les pilotes de Southwest ont déjà poursuivi Boeing pour perte de salaire due à l’annulation de vols. Les familles des victimes d’accident préparent également des poursuites.

Pourtant, selon The Economist, l’avenir de Boeing ne semble pas être en danger. Son duopole avec Airbus signifie qu’à court terme, les compagnies aériennes et les fournisseurs n’ont d’autre choix que de supporter les coûts de manière stoïque. De nombreux acteurs du secteur estiment que les régulateurs ne mettront pas en péril l’avenir de Boeing, car la société est trop importante pour l’économie américaine.

Tags
Show More

Express devient Business AM

Close
Close