EconomieTravel & food

Les plans de l’aviation rendent les objectifs climatiques britanniques inaccessibles

Dans les années à venir, les aéroports britanniques prévoient une expansion presque trois fois plus rapide que ce que les conseillers gouvernementaux en charge du changement climatique considèrent comme durable, indique un rapport de Thomas Moore de Sky News, spécialiste des sciences et de la santé, basé sur une analyse des plans directeurs des 21 plus grands aéroports britanniques.

Les aéroports étudiés accueillent ensemble 286 millions de passagers par an. Selon le rapport, 192 millions de voyageurs devraient être ajoutés au cours des 10 à 20 prochaines années.

Limites

« Les plans des aéroports dépassent de loin les limites de croissance durable que la Grande-Bretagne doit imposer à l’aviation si le pays veut respecter son engagement envers une économie climatiquement neutre d’ici le milieu du siècle », a déclaré John Gummer, président du Comité britannique sur le changement climatique.

« Je ne veux pas empêcher les gens de passer des vacances. Mais vous ne pouvez pas passer des vacances au détriment de la planète. Si vous voulez avoir des vacances, l’industrie doit trouver le moyen de rendre les vacances possibles sans détruire la planète. »

Londres Heathrow espère pouvoir augmenter son trafic avec 50 millions de passagers supplémentaires. « Mais même si la construction de la troisième piste controversée de l’aéroport de Londres est abandonnée, il restera extrêmement difficile pour le gouvernement de garder le trafic aérien sous contrôle », affirme Thomas Moore.

« Les trois quarts de la croissance attendue du nombre de passagers se situent dans les autres aéroports. Même les plus petits aéroports – comme Southampton, Doncaster-Sheffield ou Belfast – ont des projets ambitieux. »

Taxe

Selon le Comité sur le changement climatique, les avions empruntant les aéroports britanniques produisent chaque année 37 millions de tonnes de gaz à effet de serre. Les progrès technologiques peuvent réduire en partie ce niveau, mais cela ne suffira pas pour faire face à l’augmentation attendue du trafic.

Toutefois, l’efficacité énergétique ne devrait augmenter que de 1,4% par an et les biocarburants à faible émission de carbone ne devraient représenter que 10% du carburant d’avions en 2050..

« Une vérification du volume de voyageurs – avec éventuellement une taxe sur les voyageurs fréquents ou une taxe sur le carbone – semble inévitable », souligne Gummer.

Tags
Show More

Express devient Business AM

Close
Close