Lifestyle

Les personnes qui gagnent mieux leur vie consomment plus d’alcool

Selon les dernierschiffres de l’Office for National Statistics (ONS), enGrande-Bretagne, l’alcool serait consommé davantage par lescatégories de salaires plus élevés que dans les groupes à faiblerevenu. Cette enquête a été menée auprès de plus de 7.000personnes.  

Selon les chercheurs, laconsommation réelle d’alcool est peut-être sous-estimée dans cetteétude car on peut supposer que beaucoup de répondants consommentvéritablement plus d’alcool que ce qu’ils veulent bien admettre.

Par ailleurs, selonl’étude, au Royaume-Uni, on observe également une différence générationnelle, explique The Guardian.Ainsi, les groupes d’âge moyen sont des consommateursplus fréquents d’alcool et ont également les habitudes les plusnocives.

Professionnels

Selon les statistiques del’ONS, les hauts revenus dans les professions libérales tels que lesmédecins et les avocats sont beaucoup plus susceptibles d’être desbuveurs réguliers d’alcool que les personnes qui ont un revenumoyen.

Lors du sondage, 58% de lapopulation britannique de plus de 15 ans a admis avoir consommé del’alcool la semaine précédente. Toutefois, pour les catégories derevenus au-dessus de 40.000 livres par an, quatre personne sur cinq(79%) ont déclaré avoir bu de l’alcool la semaine précédente.Parmi les médecins, les architectes, les avocats et les enseignants,ce taux atteint ainsi 69,5%. D’autre part, dans lesgroupes à faible revenu et dans les professions peu qualifiées, laconsommation d’alcool chute à 51,2%. Dans le groupe de revenuscompris entre 30.000 et 40.000 livres par an, ce taux est de 68,5%,contre seulement 46,5% en dessous de la limite de 10.000 livres paran.

Les chercheurs ontégalement établi que dans le groupe d’âge entre 16 et 24 ans, cetaux était de 46%, soit une diminution de 14 points de pourcentagepar rapport au milieu de la dernière décennie. Dans la catégorieentre 25 et 44 ans, on observe une baisse de 68% à 56% sur la mêmepériode. À l’inverse, on constateune légère augmentation de 54 à 55% chez les personnes âgées desoixante-cinq ans. Selon les chercheurs, cela peut être attribué àl’influence des femmes âgées qui continuent à consommer del’alcool.

Non-consommateurs

Il s’est également avéréque l’année dernière, 20,4% des répondants n’avaient pas consomméd’alcool. Il s’agit d’une légère diminution par rapport au pic de22,5% d’il y a six ans. Dans le groupe d’âge de 16 à 24 ans, on adénombré 22,8% d’abstentionnistes en 2017, contre 19% au milieu dela dernière décennie.

En revanche, pour lespersonnes de plus de 65 ans, la proportion de celles qui neconsomment pas d’alcool est passée de 29,4% à 24,2% au cours de lamême période. Les chercheurs soulignent que les jeunes de 16 à 24 ans boivent moins d’alcool, mais consomment de plus grosvolumes durant certaines occasions. Enfin, la consommationd’alcool serait plus fréquente parmi la population blanche que parmiles minorités ethniques. 61% des répondants blancs ont reconnuboire de l’alcool régulièrement, comparativement à 30,5% au seind’autres groupes ethniques.

Show More
Close
Close