EconomieTech

Les Japonais ont une voiture volante

Les Japonais ont développé un prototype de voiture volante. Bien que ce véhicule, une gros drone à quatre hélices capable de transporter des personnes, n’ait volé que pendant une minute, cette démonstration montre que le Japon ambitionne de devenir un chef de file dans le domaine des voitures volantes, écrit l’agence de presse Bloomberg.

Le pays est passé à côté d’avancées technologiques telles que la voiture électrique ou encore les services de location de voitures. Cependant, la feuille de route technologique du Japon prévoit d’expédier les marchandises par voiture volante d’ici 2023 et de faire voyager le public dans des véhicules volants au sein des villes d’ici 2030.

Drone

Conçu par NEC Corp., le géant japonais de l’informatique et des télécommunications, le véhicule volant japonais ressemble à un gros drone à quatre hélices pouvant transporter deux personnes. Présenté en début de semaine, cette voiture volante alimentée par une batterie a réalisé un vol stationnaire à trois mètres du sol pendant environ une minute. Cet énorme drone mesure environ 3,9 mètres de long, 3,7 mètres de large et pèse environ 150 kg. L’engin, retenu par un cable, a été testé dans une cage de 10 mètres sur 20 mètres afin d’éviter qu’il ne s’envole et qu’il ne blesse des personnes ou provoque des dégâts.

« Le Japon est un pays densément peuplé, ce qui signifie que les véhicules volants pourraient alléger considérablement le fardeau de la circulation routière », a déclaré Kouji Okada, responsable du projet chez NEC.

NEC ne prévoit pas de produire en série la voiture volante, a expliqué Kouji  Okada, le directeur du programme. C’est le partenaire du projet, la start-up Cartivator, commencera à produire en masse la machine de transport en 2026, a précisé le cofondateur de la startup, Tomohiro Fukuzawa.

Communauté de passionnés

Au cours des dernières années, on a assisté au Japon à l’émergence d’une petite communauté de passionnés, convaincue que le pays possède l’expertise en ingénierie et constitue un environnement propice pour promouvoir une industrie mondiale des voitures volantes. Les investisseurs en capital risque du pays ont créé un fonds spécialisé, le Drone Fund, consacré aux investissements dans les aéronefs autonomes en général et dans le secteur des voitures volantes en particulier.

Le Japon n’est pas le seul pays à vouloir inaugurer l’utopie des voitures volantes. Dubaï, Singapour et la Nouvelle-Zélande nourissent des intentions similaires. Aux Etats-Unis, Kitty Hawk Corp., soutenu par Google, travaille également au développement d’une voiture volante, tout comme Uber Technologies Inc.

Finalement, la voiture volante de NEC pourra sortir de sa cage… Le gouvernement japonais a accordé à Cartivator une autorisation pour des vols en extérieur.

Tags
Show More
Close
Close