Les grands chefs cuisiniers et le suicide

Le Restaurant de l’Hôtel de Ville, du chef franco-suisse Benoît Violier vient d’être honoré de la distinction suprême par la version suisse du célèbre Guide Michelin, c’est à dire 3 étoiles, mais cela n’a visiblement pas aidé son propriétaire à à supporter la  pression. La semaine dernière, le chef de 44 ans s’est  suicidé. Le journal britannique The Times rappelle que cette profession est marquée par les actes tragiques de certaines de ses plus grandes stars. Le Restaurant de l’Hôtel de Ville est situé à Crissier, une petite ville proche de la ville suisse de Lausanne, et il se spécialisait dans le gibier. L’année dernière le gouvernement français l’avait placé au sommet de sa liste “des meilleurs restaurants du monde”. Malgré cela, Violier (second à droite en arrière plan sur la photo), n’était apparemment pas un homme heureux. Ses amis, abasourdis par la nouvelle de son suicide, affirment qu’il ne semblait pas avoir de problème particulier. La profession ne manque pas d’exemple qui témoignent de la pression dont elle fait l’objet. Olivier Roellinger, l’un des chefs distingués par les 3 étoiles du Guide Michelin, qui a décidé de fermer définitivement son restaurant “étoilé” en 2008, avait décrit ce phénomène:

“La pression est énorme. Certains chefs boivent, prennent des antidépresseurs ou commencent à se comporter de façon inappropriée. Et il y a eu aussi d’autres tragédies”.

En 2005, le chef Alain Senderens avait aussi renoncé à ses étoiles. Et en 2003, Pierre Jaubert, chef de l’Hôtel de Bordeaux, qui s’enorgueillissait de 2 étoiles au guide, s’est aussi suicidé.Pour Marc Veyrat, un autre grand chef, la mort de Violier n’est pas sans rappeler celle de Bernard Loiseau, un chef qui s’est suicidé en 2003 après que des rumeurs infondées avaient prétendu qu’il était sur le point de perdre sa troisième étoile au Michelin. “Il n’y a aucune autre profession comme celle-ci. Il n’existe pas de guide qui attribue des points aux chirurgiens, aux avocats ou aux ingénieurs de cette manière”. Selon les analystes, la perte d’une étoile au guide Michelin peut entraîner une baisse des recettes de l’ordre de 40% pour un restaurant.

Show More
Close
Close