Economie

‘Les entreprises qui ignorent la crise climatique sont condamnées à mort’

Les entreprises qui ne sont pas orientées vers un avenir climatiquement neutre feront faillite, a averti Mark Carney, le gouverneur de la Banque d’Angleterre, dans une interview accordée au quotidien britannique The Guardian. Les entreprises et les industries qui ne se dirigent pas vers des émissions zéro carbone seront punies par les investisseurs et condamnées à mort, a précisé Carney. Ce dernier a en outre expliqué qu’il était possible que la transition mondiale nécessaire pour faire face à la crise climatique se traduise par un effondrement financier brutal.

« Plus la réduction des émissions de CO2 est retardée, plus le risque d’effondrement augmente. »

La Banque d’Angleterre a annoncé que jusqu’à 20.000 milliards de dollars d’actifs pourraient être anéantis si l’urgence climatique n’était pas traitée efficacement. « En revanche, les parties qui travaillent pour mettre fin aux émissions de gaz à effet de serre pourraient gagner des fortunes importantes », a ajouté Mark Carney.

Gagnants et perdants

Selon le gouverneur de la Banque d’Angleterre, la divulgation par les entreprises des risques liés aux changements climatiques pour leurs activités est essentielle pour une transition en douceur vers un monde sans carbone. « Cela permet aux investisseurs de soutenir les gagnants », a expliqué Carney.

« Certaines industries, certains secteurs et certaines entreprises réussiront très bien au cours de ce processus, car ils feront partie de la solution. Mais il y aura aussi des retardataires et ils seront punis. Les entreprises qui ne s’adaptent pas vont faire faillite. »

« Aux Etats-Unis, les compagnies de charbon ont déjà perdu 90% de leur valeur. Mais les banques sont également en danger. Celles qui sont surexposées aux secteurs à problèmes en subiront les conséquences. »

Crise climatique et choc financier

Marc Carney a encore expliqué que la transition vers zéro émissions nettes de carbone modifierait la valeur de chaque actif, augmentant ainsi le risque de choc pour le système financier.

« Certains actifs vont augmenter, mais beaucoup d’autres vont chuter. La question est de savoir si la transition se fait en douceur ou si c’est quelque chose qui est retardé et qui se produit ensuite de manière très brutale. C’est une question ouverte. Plus l’ajustement est retardé dans l’économie réelle, plus le risque d’ajustement brutal est grand. »

Le gouverneur souligne également que l’action pour le climat n’est pas une menace pour l’économie mondiale. « Au contraire, l’action pour le climat contribue à la croissance économique », a déclaré Carney. « La lutte pour un monde climatiquement neutre demandera d’importants investissements supplémentaires dans le monde entier. »

Tags
Show More

Express devient Business AM

Close
Close