Economie

Les Britanniques font des réserves dans la perspective du Brexit

Alors que les chances d’unBrexit négocié deviennent de plus en plus petites, lesconsommateurs britanniques commencent à craindre que les ports etles autoroutes se retrouvent bloqués et que les rayons de magasinssoient vides. Cette crainte pousse ainsi la population britannique àcommencer à accumuler toutes sortes de stocks, explique DelphineStrauss, rédactrice en économie du journal économique britanniqueFinancial Times.

Il y six mois, ce type deplanification n’était en grande partie réservée qu’auxsurvivalistes du Brexit. Mais, dorénavant, de plus en plus depersonnes admettent qu’elles ajoutent des articles supplémentaires àleur panier de consommation et ce, même si le gouvernementbritannique a déclaré que cela était inutile et que ces achatsréalisés dans la panique pourraient eux-même provoquer despénuries. Toutefois, ces déclarations ne semblent pas avoir dissipéles inquiétudes de la population.

Priorités

La médecine, le secteurle plus critique, est celui où la planification de stocks est la plusavancée. Les plus grands fabricants de médicaments ont déjàconstitué des stocks, la plupart allant au-delà des six semainesd’approvisionnement prescrites par le gouvernement.

Les ministres ont promisd’affréter des avions s’il est nécessaire d’importer desmédicaments à courte durée de vie et les fournitures médicalesauront la priorité dans les ferries affrétés par le gouvernement.Par ailleurs, les hôpitaux et les cabinets de médecine ont reçu la consigne stricte de ne pas créer de pressions encommandant des fournitures supplémentaires. Si chaque patientdemandait une ordonnance supplémentaire par précaution, un mois destock pourrait être disparaître.

En ce qui concerne lesbien de consommations moins critiques, les entreprises doivent fairetout ce qui est en leur pouvoir pour prévenir ou atténuer lespénuries d’articles prisés par les clients, explique lajournaliste. Pour les produits à longue durée de vie tels que lesaliments pour animaux de compagnie et les cigarettes, le problème destockage se doit principalement à un problème de liquidités. Maisla plupart des entreprises font leur possible pour sécuriser leursapprovisionnements. Même des produits délicats tels que le papierhygiénique sont stockés.

Mais dans certainesrégions, les entreprises pourraient se tourner vers des fournisseursbritanniques. La Fédération of Bakers qui produit l’essentiel dupain consommé au Royaume-Uni a déclaré qu’il était encore tempsd’augmenter la production nationale de levure dont un tiers estactuellement importé. Pourtant, même si les entreprises parviennentà éviter les pénuries, tout cela entraîne des coûtssupplémentaires qui doivent être pris en charge par lesfournisseurs et les détaillants dans un secteur extrêmementconcurrentiel ou alors être transférés aux consommateurs.

Cependant, les petitesentreprises ne peuvent pas toujours se permettre de se prépareraussi minutieusement. « Tout le monde n’a pas le même accèsau capital ou à des capacités de stockage », a déclaré IanWright, président de la Food and Drink Federation.

Effets imprévisibles

Dans le cas d’un Brexitsans accord, une pénurie de salade espagnole et de fraises est plusou moins inévitable, mais on assistera aussi à des effetsimprévisibles, a ajouté Wright. En effet, certains fabricants outraiteurs pourraient avoir des difficultés à adapter la recettede leurs produits ou à payer un coût plus élevé pour uningrédient en rupture de stock.

Selon Delphine Strauss, lagrande question est donc de savoir comment les consommateursréagiront face à cette incertitude. L’achat de quelques conservesde tomates ou de pois supplémentaires causerait peu de dommages.Mais des achats paniques réalisés aveuglément et soudainementpourraient faire grimper le prix des produits de base habituellementdisponibles.

Selon Alan McKinnon,professeur de logistique à la Kühne Universität de Hambourg, lerisque de réactions de panique est limité à moins que leconsommateur ne s’aperçoive que les stocks s’épuisent. Selon l’expert, des achats irrationnels depanique n’ont lieu que lorsqu’il existe des preuves d’une pénurie.

Mais Daniel Read,professeur d’économie comportementale à la Warwick BusinessSchool, a souligné la possibilité que la pénurie devienne uneprophétie auto-réalisatrice si les personnes tout à faitrationnelles, inquiètes du fait que d’autres paniquent etachètent, achètent juste un peu plus.

Read évoque une étudesur la thésaurisation menée par les ménages américains lors d’unecampagne sur le riz en 2008 lorsque les prix ont augmenté et que lessupermarchés ont instauré un rationnement. Les ménages quin’avaient jamais consommé de riz en ont alors acheté pour lapremière et la dernière fois au plus fort de la bulle.

« La crainte d’unepénurie peut créer une demande pour quelque chose que vous n’avezjamais souhaité auparavant », a encore ajouté le professeur Read.

Show More

Express devient Business AM

Close
Close