Economie

Les Argentins paient 50% d’intérêt sur leurs emprunts souscrits pour se rendre à la Coupe du monde en Russie

Les Argentins sonttellement fous de football, et principalement de leur équipenationale, qu’un prêteur local leur offre la possibilité de 50%d’intérêts afin de financer leur voyage à la Coupe du monde qui sedéroulera ce mois-ci en Russie.  

Payer un intérêt de 50%par an pour un prêt peut sembler être une folie, mais avecl’inflation argentine dépassant les 25%, les crédits sont devenusobligatoires pour de nombreux Argentins afin de mieux absorber l’impact desproblèmes financiers. Une inflation élevée est une incitation àemprunter et à effectuer des paiements plus tard lorsque l’argentsera moins chère, explique l’agence de presse Bloomberg.

Folie du football

BBVA Banco Frances SA,unité locale de la banque espagnole, a diffusé des publicitéstélévisées encourageant les Argentins à se rallier derrièreLionel Messi et ses coéquipiers en souscrivant à l’un de leursprêts de sept ans. La banque offre jusqu’à 1 million de pesos (34.000 euros) payables en 84 mensualités, avecl’incitatif financier supplémentaire que si vous effectuez tous lespaiements, vous ne paierez pas les taxes et les frais lors de ladernière année.

Depuis le lancement duproduit en août dernier, la banque a déjà accordé plus de 8.500prêts pour un montant total de 1,2 milliard de pesos. Les conditionsinitiales du prêt proposaient un taux d’intérêt de 46,38% maisla banque à relevé ce taux à 49,85% en mars dernier.

Selon les analystes, lesuccès remarquable des crédits peut être attribué non seulement àla folie footballistique de la population argentine, mais égalementaux problèmes économiques persistants du pays.

Experts dans le jeu de l’inflation

Le portefeuille de prêtspersonnels de BBVA Frances a augmenté de 80,5% au premier trimestrepar rapport à l’année précédente. En outre, les Argentins se sontmontrés avides des prêts hypothécaires et des prêts à laconsommation. « Ces tauxd’intérêts peuvent paraître fous dans d’autres pays quel’Argentine, mais les Argentins sont devenus des experts lorsqu’ils’agit de jouer avec l’inflation et avec la chute du pouvoird’achat », a déclaré Juan Alonso, analyste chez consultantTPCG Valores.

« Un Argentin ne regardepas les taux d’intérêt, il s’intéresse juste aux mensualitésqu’il devra payer », a souligné Alonso. « S’ils ont la chance depayer et de rembourser un voyage en Russie pour la Coupe du monde surune période de sept ans, ils le feront ». Les prêts avec paiementséchelonnés sont une stratégie éprouvée et utilisée par lesArgentins pour devancer l’inflation. Le peso argentin a perdu plusd’un quart de sa valeur cette année. L’Argentine négocieactuellement une ligne de crédit d’environ 40 milliards de dollarspour combler les déficits budgétaires et calmer les craintes desinvestisseurs à l’égard des perspectives économiques du pays.  

Show More
Close
Close