Economie

Les 4 compétences les plus importantes à avoir pour l’avenir

Les compétences requises par le monde du travail changent sans cesse. Voici les conseils de cinq leaders mondiaux pour rester à la pointe. La société change et le monde du travail encore plus. Selon le World Economic Forum, 35% des compétences requises pour exercer un boulot changeront fondamentalement dans les années à venir. Mais comment se préparer à travailler dans un milieu si changeant et sur quelles compétences les étudiants doivent-ils se concentrer? Cinq experts ont donné leur vision du futur et les qualités qui seront indispensables dans quelques années.

1. Les « soft skills »

Selon Esteban Bullrich, l’ancien ministre argentin de l’Éducation, les entreprises demanderont des « soft skills » dans quelques années. C’est à dire des compétences comportementales par opposition aux compétences plus techniques. Les « soft skills » sont en fait des qualités non-professionnelles comme l’empathie et l’écoute.

Le ministère en Argentine a conduit une enquête auprès de 900 entreprises pour comprendre leurs attentes au niveau du travail et ce qui ressort principalement ce sont ces fameuses « soft skills ». Comme de nombreux métiers sont à créer et n’existent pas encore, difficile de former les élèves pour le futur. Les compétences comportementales sont donc une sorte de constante qui permettront aux étudiants de s’adapter. Parmi ces compétences, plusieurs sont mises en valeur: l’esprit d’équipe, la connaissance des outils digitaux, la compréhension des lois et des règles ou encore la responsabilité.

Et ce sont ces compétences que l’enseignement argentin essaye d’enseigner à ses étudiants. Cela se poursuit bien après l’école, le ministre argentin a mis en place des sortes de clubs qui enseignent la continuité dans ces domaines pour mettre toutes les chances du côté des chercheurs d’emplois.

2. La culture des données (ou data literacy) et l’empathie

Nous vivons à l’époque du big data et de l’avalanche de données. Mais pour pouvoir tirer parti de toute cette matière, il faut appréhender les informations correctement et savoir les interpréter. C’est une compétence qui sera essentielle à l’avenir selon Belinda Parmar, la CEO de The Empathy Business. Mais attention, il ne faut pas oublier l’humain derrière les chiffres. Malheureusement, la technologie élude un peu l’aspect social et l’empathie.

L’enjeu de ces prochaines années sera donc de restaurer cette empathie et de ne pas nous noyer derrière toutes ces données. Les entreprises chercheront donc des profils avec des compétences techniques, linguistiques et mathématiques pour déchiffrer toutes ces data et les utiliser à bon escient mais également des gens capable de voir derrière l’humain derrière la montagne de données.

3. Des compétences que les ordinateurs ne maîtriseront pas

Dans les années à venir, une partie des fonctions exercées actuellement par des humains seront occupées par des robots. Il y aura des pertes massives d’emplois consécutives à la robotisation et à l’automatisation. Pour Vikas Pota, Chief Executive de Varkey Foundation, il faut investir dans les compétences qui ne pourront jamais être remplacées par les robots. On parle des jobs qui nécessitent des traits de caractère que seuls les humains peuvent avoir. L’empathie par exemple, mentionnée plus haut, ainsi que la capacité de travailler en groupe. Il faudra aussi énormément de résilience. 

4. Les compétences transférables et la pensée critique

Les compétences transférables ce sont toutes celles qui vous avez acquises dans un métier et que vous pouvez réutiliser dans un tout autre secteur. Et à une époque où un travailleur change en moyenne sept fois de travail au cours de sa vie, ce n’est pas négligeable. Si vous savez par exemple, parler plusieurs langues étrangères, gérer des stocks ou encore manager une équipe, vous pouvez mettre à profit toutes ces compétences dans différents domaines. Ce qui vous permet d’être assez flexible. C’est aussi le principe de l’échelle. Si vous changez de job, vous ne recommencez pas à zéro, vous changez d’échelle mais restez sur le même échelon.

Selon Biola Alabi, la créatrice de Grooming for Greatness, parmi ces compétences transférables il y en a une qui est spécifiquement importante c’est la pensée critique. Qu’importe le domaine, avec le nombre de données que nous traitons actuellement, il faut pouvoir établir quelle information est importante et pertinente ou pas. L’adaptabilité est une autre compétence essentielle pour pouvoir fonctionner dans les différentes structures.Quelqu’un qui maîtrise la technique pour résoudre des problèmes peut l’utiliser dans chaque fonction dans laquelle il passe et peut devenir excellent dans n’importe quel domaine.

5. Avoir l’esprit d’entreprendre

Pour Veronica Colondam, créatrice et CEO de YCAB Foundation, l’esprit d’entreprendre est la clef pour sortir les gens de la pauvreté. Pour elle, il faudrait donner accès au capital à plus de gens et leur enseigner les compétences pour pouvoir gérer leur entreprise. Chacun pourrait donc devenir entrepreneur et faire fructifier son produit. Il suffit de maîtriser les 4 « soft skills » principales qui sont la motivation, vision, la résilience et la connexion. 

Show More
Close
Close