EconomieScience

« Le virus Ebola ne sera bientôt plus une maladie incurable »

Le virus Ebola ne peut plus être qualifié de maladie incurable, ont annoncé des scientifiques lors d’essais cliniques en République démocratique du Congo. Ces derniers ont en effet découvert que deux des quatre médicaments testés lors de l’épidémie majeure du virus en RDC réduisaient de manière significative le taux de mortalité.

Zmapp, un traitement utilisé lors de l’épidémie massive d’Ebola en Sierra Leone, au Liberia et en Guinée, a été abandonné ainsi que Remdesivir après que deux anticorps monoclonaux, qui bloquent le virus, aient eu un effet nettement plus important, ont déclaré l’Organisation mondiale de la santé et l‘Institut national des allergies et des maladies infectieuses des États-Unis (NIAID), organisation qui a parrainé les tests.

Des milliers de vies épargnées

Ces essais, débutés en novembre, ont maintenant été arrêtés. Toutes les unités de traitement du virus Ebola utiliseront désormais les deux médicaments à base d’anticorps monoclonaux.

« À partir de maintenant, nous ne dirons plus qu’Ebola est incurable », a déclaré le professeur Jean-Jacques Muyembe, directeur général de l’Institut national de recherche biomédicale en RDC, qui a supervisé les tests. « Ces avancées permettront de sauver des milliers de vies. »

L’un des plus gros obstacles à la lutte contre l’épidémie en RDC qui sévit depuis un an est la réticence des personnes malades à se faire soigner. Dans ce pays, 2.800 personnes sont infectées par le virus. En RDC, jusqu’à 70% des personnes infectées décèdent.

« Maintenant, 90% des patients peuvent se rendre à un centre de traitement et en ressortir complètement guéris », a déclaré Muyembe.

Taux de mortalité

Anthony Fauci, directeur du NIAID, a déclaré que la mortalité globale des patients recevant le traitement ZMapp au cours de l’essai dans quatre centres était de 49%, tandis que celle de Remdesivir était de 53%. Le taux de mortalité global avec les anticorps monoclonaux fabriqués par Regeneron était le plus faible (29%), tandis que le taux de mortalité de l’anticorps monoclonal « 114 » développé par Ridgeback Biotherapeutics était de 34%.

Les résultats chez les personnes arrivées dans un centre de traitement peu de temps après avoir été infectées, plutôt que de rester à la maison, étaient encore plus impressionnants. Le taux de mortalité avec ZMapp était de 24%, de 33% avec Remdesivir, de 11% avec « 114 » et seulement de 6% avec le traitement de Regeneron.

En moyenne, les personnes qui contractent le virus ne se présentent pas dans un centre de traitement avant quatre jours, a déclaré le Dr Michael Ryan de l’Organisation mondiale de la santé. Cela réduit leurs chances de survie et laisse supposer que le virus, transmis par les fluides corporels, se propagera dans leurs familles.

Les deux anticorps monoclonaux seront désormais utilisés dans tous les centres de traitement en RDC.

Essais cliniques

Les essais cliniques en situation d’épidémie sont difficiles, encore plus lors d’épidémies d’Ebola, où le personnel médical doit porter des vêtements de protection et tous les patients doivent être isolés.

« Une épidémie de longue durée comme celle-ci a des conséquences terribles sur les communautés touchées et montre à quel point elle est difficile à contrôler. Il y a déjà eu suffisamment de patients traités pour nous en dire plus sur l’efficacité de ces quatre médicaments », a déclaré le Dr Jeremy Farrar, directeur de Wellcome et co-président du groupe thérapeutique de l’OMS contre le virus Ebola.

La phase suivante consistera à savoir lequel des deux anticorps monoclonaux fonctionne le mieux dans certains contextes. « Plus nous en saurons sur ces deux traitements, plus nous pourrons faire en sorte que le virus Ebola devienne une maladie évitable et traitable. Nous ne pourrons jamais nous débarrasser du virus Ebola, mais nous devrions pouvoir empêcher ces épidémies de se transformer en épidémies majeures aux niveaux national et régional », a encore déclaré Farrar.

Tags
Show More
Close
Close