Le Venezuela, théâtre d’une nouvelle débâcle du socialisme en Amérique du Sud

Deux semaines après la victoire de Mauricio Macri, le candidat de centre-droite qui vient de prendre le pouvoir en Argentine, l’opposition au président Nicolas Maduro a remporté la majorité des sièges de l’assemblée nationale au Venezuela, lors des élections législatives de ce dimanche.
Cela faisait 16 ans que la droite n’avait pas dominé les élections contre le Parti socialiste unifié du Venezuela (PSUV), fondé par Hugo Chavez en 1999. La Table de l’unité démocratique (MUD), une coalition qui rassemble plusieurs partis de la droite, a remporté 99 des 167 sièges du parlement, soit près des deux tiers. Le PSUV n’en a gagné que 46, sachant que 22 sont encore indéterminés. C’est la pire débâcle que ce parti ait jamais connue; la participation aurait été très forte. Le président Maduro a admis sa défaite en reconnaissant “ces résultats adverses”
Les pénuries chroniques de produits de base ont joué un grand rôle dans ces résultats. Le Venezuela a été sévèrement affecté par la chute des cours du pétrole, qui lui fournit l’essentiel de ses recettes à l’exportation. L’opposition a également réclamé la libération de Leopoldo Lopez, l’un de ses militants arrêté pendant des manifestations en 2014.
La MUD sera désormais en mesure de faire censurer les décisions du vice-président ou des ministres. Elle pourra également réclamer l’ouverture d’enquêtes parlementaires ou la publication d’indices économiques tenus secrets depuis que le pays traverse de très graves difficultés économiques, précise le journal le Monde.
Show More

Express devient Business AM

Close
Close