Le sommeil est le meilleur remède

Nos habitudes modernes qui consistent à faire usage des ordinateurs et tablettes au lit ont des conséquences majeures sur notre sommeil. Les personnes qui utilisent les gadgets électroniques jusqu’à quatre heures avant d’aller se coucher produisent moins de mélatonine. Cette hormone est responsable de la somnolence. Ces personnes s’endorment non seulement plus difficilement mais également d’un sommeil moins profond.

De nouvelles études mettent en évidence la corrélation qui existe entre le manque de sommeil et l’obésité, les maladies cardiaques et le diabète. C’est dans ce contexte que certains académiciens parlent d’une «bombe à retardement». Selon le professeur Adrian Williams de la Guy’s and St Thomas NHS Foundation Trust, il existe des preuves convaincantes que le manque de sommeil est la cause d’une série de problèmes de santé.

Pas moins de 700 gènes seraient affectés par un manque de sommeil. Il s’agit des gènes qui ont pour fonction de nous mettre à l’abri de certaines maladies et de nous protéger contre les inflammations. Le nombre d’heures que nous passons à dormir mais également la qualité de notre sommeil ont progressivement diminué au cours de la dernière décennie.

Selon Derk-Jan Dijk, professeur de physiologie du sommeil à l’Université de Surrey, ce sont surtout les personnes d’âge moyen qui courent un risque. Il s’agit du groupe qui dort le moins, souvent pour des raisons professionnelles ou familiales: ‘Ce groupe est de plus en plus souvent sollicité afin d’arrêter de fumer et de faire plus d’exercice, mais on lui parle peu de la qualité de son sommeil.’

Une étude publiée en 2013 dans le European Journal of Preventive Cardiology avait mis en avant qu’un minimum de sept heures de sommeil par nuit aurait un impact positif et immédiat sur notre état de santé.

Selon cette étude, le risque de maladies cardiaques diminue de 63% chez les personnes qui font régulièrement du sport, ont des habitudes alimentaires saines, ne fument pas et ne boivent qu’occasionnellement. Lorsque ces personnes rajoutent à cela sept heures de sommeil par nuit, ce risque serait même diminué de 83%.

Show More

Express devient Business AM

Close
Close