EconomieTech

Le robot cueilleur de framboises est 66 % plus efficace que l’homme

En Grande-Bretagne, la société Fieldwork Robotics, une entreprise de l’Université de Plymouth, a mis au point un robot capable de se charger de la récolte de framboises. Chaque robot serait en mesure de cueillir plus de 25.000 framboises par jour. Cela signifie que la machine devrait pouvoir travailler beaucoup plus efficacement que les cueilleurs de fruits humains, qui récoltent environ 15.000 framboises en huit heures.

Le robot a été développé en partenariat avec Hall Hunter, l’un des principaux producteurs de framboises du Royaume-Uni. Hall Hunter est fournisseur de grands détaillants britanniques tels que Tesco, Marks & Spencer et Waitrose.

Travail saisonnier

Hall Hunter a commencé les essais sur le terrain dans une serre près de Chichester, dans le West Sussex. La machine coûterait environ 700.000 livres. Selon de nombreux observateurs, le robot pourrait rendre de grands services au secteur agricole britannique. L’industrie agricole britannique est confrontée à une hausse du coût de la main-d’œuvre et à une pénurie de travailleurs saisonniers liées au Brexit, rapporte le journal britannique The Guardian.

Le nombre de travailleurs saisonniers d’Europe de l’Est a diminué, en partie à cause des craintes du Brexit, mais également parce que des économies émergentes telles que la Roumanie et la Pologne ont persuadé leurs propres travailleurs de rester dans leur pays d’origine.

Fonctionnement

Le robot est guidé par des capteurs et des caméras 3D. La machine s’appuie sur l’apprentissage automatique pour la reconnaissance des fruits mûrs. Le robot peut donc trier les fruits selon un certain nombre de critères et les préparer pour leur transport vers les supermarchés.

La version finale du robot sera équipée de quatre pinces. Le niveau de production de la machine pourrait ainsi également être augmenté significativement. Des tests sur le terrain menés en Chine ont montré que le robot est également capable de cueillir des tomates ainsi que des choux-fleurs.

Les robots ne se fatiguent pas. « Ils peuvent rester opérationnels 20 heures par jour », expliquent les développeurs. Les agriculteurs britanniques paient leurs vendangeurs entre une et deux livres par kilo de framboises . Cependant, les robots Fieldwork fonctionneraient pour moins cher. Jusqu’à présent, le plus gros défi a été d’amener les robots à s’adapter à différentes conditions d’éclairage.

La machine a été inventée par Martin Stoelen, professeur de robotique à l’Université de Plymouth. Le robot est initialement conçu pour la ceuillette de fruits tendres comme la framboise. Stoelen espère pouvoir également utiliser le robot efficacement pour d’autres cultures.

Futur

Les producteurs britanniques de framboises et de pommes ont été durement touchés par la pénurie de main-d’œuvre. « Les fermes tentent d’attirer les cueilleurs et les montent les uns contre les autres », explique The Guardian. « De nombreux employés européens restent à l’écart parce que leurs revenus ont été érodés par la chute brutale de la valeur de la livre. »

Selon Nicholas Marston, président de l’organisation britannique British Summer Fruits (BSF), l’été dernier, les producteurs de fruits ont dû faire face à une pénurie de 15 à 30% de travailleurs saisonniers. Selon lui, cela a entraîné une perte de production importante. La Grande-Bretagne souhaite que 2.500 ramasseurs de framboises en provenance d’Ukraine et de Moldavie soient embauchés, mais selon Marston, cela ne suffira pas à couvrir toutes les pénuries.

Les agriculteurs britanniques ont besoin de près de 70.000 travailleurs saisonniers chaque année. Les producteurs de petits fruits emploient 29.000 travailleurs temporaires pendant la saison de récolte. Selon les estimations, il faudra trouver deux mille travailleurs supplémentaires l’année prochaine. La population consomme de plus grandes quantités de framboises . Cette année, une pénurie de plus de six mille ramasseurs a été enregistrée.

La pénurie de travailleurs agricoles saisonniers n’est pas seulement un problème en Grande-Bretagne. Les autres pays européens, les États-Unis et la Chine sont confrontés à la même situation. Les robots pourraient donc être une solution à long terme pour le secteur.

À l’avenir, les robots devraient assumer un large éventail de tâches dans l’agriculture et l’élevage. Cependant, Marston prévient qu’il faudra encore au moins dix ans pour que les robots fonctionnent aussi efficacement que l’ouvrier agricole traditionnel.

Tags
Show More

Express devient Business AM

Close
Close