Economie

Le prix de l’immobilier de prestige chute

Sur cinq des marchés immobiliers les plus populaires au monde, les prix de l’immobilier ont augmenté régulièrement depuis la fin de la dernière décennie. Les prix dans les villes les plus prisées – Hong Kong, Londres, New York, Sydney et Vancouver – affichent maintenant une nette baisse. Selon les experts, ce phénomène a plusieurs causes. Ils citent notamment la chute des flux de capitaux transfrontaliers, la modification de la politique gouvernementale, la hausse des coûts des prêts et l’augmentation de l’offre. Le Brexit aurait également eu un impact significatif à Londres.

À Vancouver, les prix de l’immobilier de luxe ont chuté de 12% au cours de la dernière année. Les prix ont baissé de 9% à Hong Kong depuis le mois d’août. À Manhattan, les prix ont chuté de 4,3% l’an dernier. Selon la plate-forme StreetEasy, 60% des logements proposés pour 1 million de dollars ou plus en 2018 n’ont pas été vendus. À Sydney, les prix de base ont diminué de 16% depuis 2017.

A Londres, les prix des biens immobiliers de luxe ont chuté de 20% par rapport au sommet atteint en 2014. Les ventes de logements d’une valeur supérieure à 1 million de livres sont inférieures de 20% à celles de 2016.

Corrélations

Selon le FMI, la corrélation internationale augmente au moment des récessions sévères et peut aider à prédire le risque de récession.

De plus, la corrélation semble aussi être plus importante entre les villes qu’entre les pays. Le logement est en train de devenir une classe d’actifs plus globale que purement locale. Les évolutions sur les marchés internationaux ont un impact sur les actions et les obligations, mais également sur l’immobilier de luxe.

Selon les experts, un facteur sous-jacent à cette corrélation est la création de richesse. Grâce à l’explosion de la technologie et à la croissance économique chinoise, le monde a créé 250 nouveaux millionnaires par heure au cours des huit dernières années.

Cette richesse provient souvent de l’immobilier de luxe sur le marché national ou international. Toutefois, selon le Crédit Suisse, le rythme a ralenti. Selon la banque suisse, l’augmentation du nombre de nouveaux millionnaires devrait diminuer d’environ 20% sur cinq ans.

Les millionnaires chinois sont moins en mesure d’exporter leur fortune à l’étranger qu’auparavant, explique The Economist. Il s’agit d’une mesure prise par le gouvernement chinois pour lutter contre la corruption. Cependant, cette mesure a eu des répercussions sur les marchés immobiliers à travers le monde.

Selon l’American National Association of Realtors, les acheteurs chinois ont dépensé 30 milliards de dollars pour des logements aux États-Unis l’année dernière. C’est 4% de moins que l’année précédente. En Australie également, où les étrangers ne sont autorisés qu’à acheter de nouvelles constructions, les investissements chinois dans l’immobilier ont chuté de 36%, pour atteindre 1,3 milliard de dollars australiens.

Politique

Selon observateurs, la politique a également un impact. Les acheteurs potentiels locaux ont le sentiment que les prix les ont exclus du marché immobilier. Les investisseurs étrangers sont considérés comme responsables par ces citoyens mécontents. Par conséquent, les villes et les gouvernements ont cherché à calmer les excès du marché.

À Vancouver et en Grande-Bretagne, les acheteurs étrangers doivent s’acquitter d’une taxe foncière plus élevée. La Nouvelle-Zélande est allée plus loin. En octobre, le pays a décidé que les investisseurs étrangers ne pourraient plus acquérir de maisons existantes.

Selon les experts, les coûts de l’argent ont également eu un effet inhibiteur. Les taux d’intérêt ont considérablement augmenté. Le consultant Knight Frank a calculé qu’un prêt hypothécaire d’un million de dollars aux États-Unis coûtait maintenant 65% de plus qu’il y a trois ans. De plus, ces prix plus élevés minent le rendement des propriétés sur le marché locatif.

La surabondance de propriétés met également le niveau des prix sous pression. Les nouveaux projets de construction ont été massivement encouragés jusqu’au milieu de cette décennie. 8.600 maisons sont actuellement disponibles sur le marché du luxe à Manhattan. Aux taux de vente actuels, cela représente un stock de six ans.

A cause de tous ces facteurs, le marché de l’immobilier de luxe semble en avoir terminé avec une période de croissance d’environ deux décennies.

Tags
Show More
Close
Close