Le Premier ministre islandais: ‘Il aurait pu y avoir une seconde Grèce au sein de l’UE’

Après avoir progressé de 1,9% l’an dernier, l’économie islandaise devrait croître de 3,5% en 2015. La dette nationale est tombée à 64% du PIB, contre 87% pendant le pic de la crise financière en 2012.

Dans une interview accordée au magazine Politico, le Premier islandais Davio Sigmundur Gunnlaugsson s’est félicité que son pays n’ait jamais adhéré à l’Union européenne:

Je suis certain que notre reprise ne se serait jamais produite si nous avions été membres de l’UE”.

Il affirme que si son pays avait obtenu son adhésion à l’UE, au moment où les Islandais en avaient fait la demande, en pleine crise économique en 2009, il est probable qu’il aurait subi le même sort que la Grèce, avec son déclin économique sans fin, ou celui de l’Irlande, qui s’est endettée lourdement pour sauver son secteur bancaire.

“Si toutes ces dettes avaient été converties en euros, et que nous avions été obligés de faire ce que l’Irlande et la Grèce ont fait, et d’assumer la responsabilité des dettes de nos banques en faillite, cela aurait été une catastrophe pour nous économiquement et nous aurions pu faire faillite”.

Le fait que le pays dispose de sa propre monnaie indépendante de l’euro, la couronne islandaise, et d’une législation indépendante accordant une marge de manoeuvre au gouvernement et lui permettant de contrôler les ressources naturelles du pays, on été essentiels pour la sortie de crise du pays. L’expansion du tourisme, qui a gagné 25% par an sur les quatre dernières années, a également largement contribué à ce succès.

“La principale raison qui nous motivait à solliciter l’adhésion en 2009 était d’ordre économique. Cela a toujours été présenté comme une question économique. Maintenant, les gens sentent qu’ils connaissent la réponse à cette question. L’économie islandaise obtient de bien meilleurs résultats que l’économie de l’UE. (…) Je pense qu’il est extrêmement improbable, en fait impossible, que l’Islande se joigne un jour à l’UE”, a conclu Gunnlaugsson.

Le Fonds monétaire international (FMI) a récemment confirmé que l’Islande a pleinement surmonté la crise, sans avoir compromis son modèle social qui prévoit la gratuité des frais de santé et d’éducation.

 

 

Show More

Express devient Business AM

Close
Close