Economie

Le parti écologiste australien veut une légalisation totale du cannabis

L’Australie doit légaliserl’usage du cannabis, a déclaré Richard Di Natale, le chef desAustralian Greens, les Verts australiens. Selon Di Natale, lalégalisation devrait également s’appliquer à la consommation decannabis à des fins récréatives. La mesure est censée amener lesecteur criminel à perdre son emprise sur le marché du cannabis.

Di Natale souhaitepermettre la vente de cannabis dans des magasins autorisés. Lesconsommateurs pourraient posséder jusqu’à six plantes de marijuanachez eux pour un usage personnel. Par ailleurs, une nouvelle agencegouvernementale devrait être créée afin d’agir en tant quegrossiste de cannabis pré-emballé.

Usage médical

« Les Verts sont lepremier parti national avec une représentation fédéralesignificative à soutenir une légalisation complète du cannabis »,explique le quotidien britannique The Guardian. Depuis 2016, laCoalition australienne et le parti travailliste australien Laborsoutiennent uniquement une légalisation du cannabis à des finsmédicales.

Selon la proposition desVerts, le cannabis devrait être taxé et réglementé de la mêmemanière que l’alcool et le tabac. Il serait vendu aux adultes dansdes magasins autorisés. Cette politique est une manière deminimiser les risques, a expliqué Di Natale, médecin généralistede profession. « La consommation de drogues ne doit pas êtretraitée comme une question criminelle mais comme un problème desanté. Nous avons besoin d’un réponse rationnelle à la politiquerépressive qui a complètement échoué ».

Selon les statistiques del’Institut australien de la santé et du bien-être, 35% desAustraliens ont admis avoir consommé du cannabis et 79.643arrestations liées à la consommation de cannabis ont eu lieu en2015-2016, soit une hausse de 6% par rapport à 2014-2015.

Santé publique

L’impact du cannabis sur la santé publique serait beaucoupplus faible que les effets de l’alcool et du tabac, indique une étude réalisée en Australie en mars. Le tabac etl’alcool représenteraient respectivement 9% et 4% du coût total dessoins de santé australiens. Par ailleurs, les drogues illicites représenteraient 2,3% de ce coût et dans cette catégorie, lecannabis n’équivaut qu’à seulement 7%.

Di Natale a en outresouligné qu’une approche sévère de l’usage de drogues causait desérieux dommages, car les consommateurs doivent se tourner vers unmarché noir dangereux.

« Notre plan visant àcréer un marché légal pour la production et la vente de cannabisréduira les risques, détruira le modèle commercial des trafiquantset des syndicats criminels et protégera les jeunes contre lespoursuites criminelles injustes », a déclaré Di Natale.

La proposition a reçu lesoutien, entre autres, d’Alex Wodak, président de la Fondationaustralienne pour la réforme du droit antidrogue.

« L’interdiction ducannabis n’a pas réduit son utilisation ou sa disponibilité, maiselle a provoqué la distraction des services de police à l’égardd’autres affaires criminelles plus graves », a-t-il déclaré.Cette politique a en outre affecté les jeunes et a enrichi certainscriminels, selon lui.

Une enquête réalisée ily a un an et demi a montré que 47% des Australiens sont en faveurd’une décriminalisation du cannabis. D’un autre côté, 39%s’opposent à la légalisation. Cependant, le soutien à ladécriminalisation atteint 55% lorsqu’il est proposé de réglementeret de taxer le produit de la même manière que l’alcool et le tabac.

Greg Hunt, ministreaustralien de la Santé, a rejeté la proposition des Verts. « Lamarijuana est une passerelle vers l’utilisation d’autres drogues,telles que les méthamphétamines », a souligné le ministre.

Hunt a annoncé desmesures pour faciliter l’accès au cannabis médical. Lestravaillistes avaient accusé le gouvernement australien de ne pasfaire suffisamment d’efforts pour rendre le produit disponible et debloquer les importations de produits du cannabis.

Show More

Express devient Business AM

Close
Close