Le ministère des Finances grec: les caisses de l’Etat seront vides mardi prochain

Mardi prochain, la Grèce sera à court d’argent, écrit le journal en ligne grec eKathimerini en se basant sur les calculs du ministère des Finances. Les officiels du ministère des Finances estiment qu’ils pourront puiser dans certaines ressources si le pays parvient à trouver un accord avec ses créanciers pour obtenir une prolongation du programme actuel du plan de sauvetage jusqu’à la fin du mois de février. Mais si aucun accord n’est conclu avec les autres pays de la zone euro, le mois de mars pourrait marquer le début de grandes difficultés.

Selon les chiffres publiés par la Banque de Grèce, les réserves de trésorerie nette du pays accusaient déjà un déficit de 217 millions d’euros en janvier, alors qu’elles avaient été excédentaires de 603 millions d’euros en janvier 2014. Ce déficit s’explique par la baisse des recettes de l’Etat. Le fisc grec n’a perçu que 3,1 milliards d’euros, au lieu des 4,4 milliards d’euros qui avaient été budgétés. Et les dépenses publiques n’ont pas baissé aussi rapidement : elles se sont montées à 3,2 milliards d’euros, comparativement à 3,6 milliards d’euros l’année dernière.

C’est donc sur la base de ces chiffres que le ministère des Finances prédit que les caisses de l’Etat seront vides dès mardi prochain. Sauf changement majeur, le pays ne sera donc guère en position de faire face à ses obligations financières du mois de mars.

Le ministre des Finances grec, Yanis Varoufakis, a demandé à la Banque Centrale Européenne (BCE) d’augmenter la ligne de crédit existante de 15 milliards d’euros pour la porter à 23 milliards d’euros pour répondre à ce problème. Mais la BCE a refusé, estimant qu’il s’agissait d’un acte de financement direct, puisque cela correspond à financer les obligations d’un Etat, ce qu’elle n’a pas le droit de faire en vertu de son réglement.

Le gouvernement grec va maintenant solliciter une extension de six mois des prêts du pays. On ne sait pas encore si cette demande sera acceptée, ni les conditions qui y seront attachées. Une lettre officielle qui devrait arriver mercredi ou jeudi à Bruxelles permettra sans doute d’en savoir plus.

Show More
Close
Close