‘Le marché allemand de l’énergie est un désastre’

Le secteur de l’énergie est un « désastre » en Allemagne, et l’un de ses deux plus grands groupes est « plus ou moins mort », a déclaré Henri Proglio, le PDG de la compagnie électrique française EDF au Financial Times.

Il a estimé que l’Allemagne était un grand pays qui se portait bien, notamment dans le secteur automobile. « Mais en ce qui concerne l’énergie c’est un désastre. Les deux plus grandes sociétés, Eon et RWE, subissent une pression énorme. L’une d’elle est plus ou moins morte, et l’autre est dans une situation très difficile.

Après la catastrophe nucléaire de Fukushima au Japon en 2011, la chancelière allemande Angela Merkel a décidé d’accélérer la sortie du pays du nucléaire et la transition énergétique vers les énergies renouvelables, un mouvement surnommé « Energiewende ».

Dans le Daily Telegraph, Ambrose Evans Pritchard avait parlé de « romantisme » à propos de cette décision. Il avait estimé que le choix de l’abandon du nucléaire, qui était à l’origine de la ruine du secteur énergétique en Allemagne, n’avait été fait que sur des conditions électoralistes. La chancelière, qui est à l’origine une spécialiste de l’atome, n’ignorait probablement pas que les centrales nucléaires allemandes ne risquaient pas d’être inondées comme l’avait été celle de Fukushima au moment du tsunami.

Merkel, qui n’avait sans doute pas vu arriver la révolution du gaz de schiste aux Etats-Unis, a répondu à l’angoisse de son peuple. Elle a ordonné la fermeture immédiate de 8 réacteurs nucléaires, et programmé celle des autres réacteurs du pays pour 2022. Un cinquième de la génération électrique allemande va ainsi disparaître. En contrepartie, la chancelière a lancé un programme de substitution de 50% de la production électrique allemande avec des énergies renouvelables pour 2035, et de 80% pour 2050.

Ainsi, l’Allemagne a adopté la stratégie de l’énergie la plus chère d’Europe : le pays a échangé sa dépendance à l’énergie nucléaire contre une dépendance au gaz russe. Les fournisseurs d’énergie solaire et éolienne subventionnés bénéficient d’un accès préférentiel au réseau électrique allemand, ce qui a réduit les marges des fournisseurs d’énergie provenant de sources conventionnelles.

La surfacturation de l’énergie pour payer le subventionnement des énergies renouvelables a augmenté les coûts pour les consommateurs, et poussé certaines entreprises allemandes à se plaindre de l’érosion de leur compétitivité internationale. En septembre 2013, le Daily Telegraph indiquait que la Fédération de l’Industrie Chimique allemande a déjà réclamé un gel des prix de l’énergie, pour éviter à ses membres de se faire distancer par leurs concurrents internationaux. Le tarif de l’électricité allemande est le double de celui que les firmes américaines payent, tandis que les prix du gaz naturel sont 4 fois supérieurs, ce qui a déjà provoqué des délocalisations outre-Atlantique, indiquait le journal.

En août de cette année, RWE a annoncé une chute de ses bénéfices de 62%, et indiqué qu’il envisageait la fermeture de plusieurs centrales électriques, mettant en cause l’expansion de la production d’énergie à partir de sources renouvelables, qui met ses centrales dans l’impossibilité de couvrir leurs coûts de fonctionnement. Au cours du même mois, Eon a déclaré une chute de 20% de ses bénéfices, qu’il a mise sur le compte du développement des énergies propres, accusées d’avoir provoqué une baisse du prix de l’électricité de base de l’Allemagne.

Le Financial Times n’a pas réussi à obtenir de réaction de la part des deux compagnies. Eon a refuser de commenter les déclarations de Proglio, tandis que RWE n’était pas disponible pour le commenter.

La stratégie énergétique allemande est devenue une source de friction avec la France, qui dépend largement de sa production d’énergie atomique pour son approvisionnement en électricité, et dont EDF est le fer de lance. La compagnie offre même son expertise pour la construction de centrales nucléaires dans d’autres pays européens.

Show More

Express devient Business AM

Close
Close