Economie

Le gouvernement britannique décide d’appliquer un moratoire sur le ‘fracking’

Le gouvernement britannique a décidé de ne plus autoriser le fracking ou fracturation hydraulique pour le moment. Cette décision intervient après qu’une étude scientifique ait mis en garde contre les risques encourus par la population vivant à proximité des sites de fracturation, a expliqué Andrea Leadsom, ministre britannique de l’Économie et de l’Énergie. Cependant, les critiques exigent une interdiction permanente de cette pratique.

Leadsom a souligné que cette décision est basée sur les conclusions du rapport de la British Oil & Gas Authority.

Conséquences inacceptables du fracking

Le moratoire signifie que le gouvernement britannique ne soutiendra plus le développement de l’extraction de gaz de schiste.

« Après avoir examiné le rapport de l’AGO, il est clair que nous ne pouvons pas exclure les conséquences futures inacceptables sur la communauté locale. Pour cette raison, j’ai conclu que nous devrions mettre en vigueur un moratoire sur la fracturation en Angleterre avec effet immédiat », a déclaré la ministre.

Au cours des dernières années, de nombreuses protestations contre la fracturation hydraulique ont vu le jour en Angleterre. Les activistes locaux et les groupes environnementaux ont réagi positivement à l’annonce du gouvernement britannique. Certaines parties, cependant, disent qu’un moratoire n’est pas suffisant, et visent une interdiction permanente.

Coup de pub électoral

En août, la fracturation hydraulique en Angleterre a connu un fort recul. A cette époque, les activités de forage sur le site Preston New Road de la société minière Cuadrilla dans le Lancashire, ont provoqué un séisme d’une magnitude de 2,9 points.

Les autorités pétrolières et gazières ont alors arrêté toutes leurs activités sur le site pour une durée indéterminée. Le permis local de Cuadrilla expire à la fin du mois de novembre. La société a déjà indiqué qu’elle ne voulait pas de prolongation.

L’opposition politique britannique a toutefois averti que la décision du gouvernement britannique n’était qu’un coup de pub pour gagner des voix supplémentaires lors des élections.

« Le moratoire n’est rien de plus qu’un coup de pub électoral qui pourrait être inversé le lendemain du vote si l’actuel Premier ministre Boris Johnson est toujours au pouvoir à l’époque », a déclaré Jeremy Corbyn, dirigeant du parti travailliste.

Tags
Show More

Express devient Business AM

Close
Close