Economie

Le gouvernement américain investit dans la recherche sur le cannabis médical, mais pas sur le THC

Le gouvernement américain a décidé de dépenser 3 millions de dollars afin de déterminer si le cannabis pouvait soulager la douleur. Toutefois, ces fonds ne seront pas utilisés pour étudier la substance de la plante qui fait planer les consommateurs.

Cette somme sera divisée en neuf subventions principalement consacrées à la recherche sur le cannabidiol (CBD). Le CBD est un ingrédient tendance qui est principalement utilisé dans les cosmétiques et dans les aliments. Les subventions seront également destinées à d’autres substances chimiques moins connues du cannabis.

Cependant, les recherches sur le tétrahydrocannabinol (TCH), un autre composant du cannabis responsable des effets psychoactifs, sont exclues.

Illégal

« Le gouvernement fédéral considère toujours la marijuana comme une drogue illégale », explique Carla Johnson, rédactrice en charge de la santé à l’agence de presse Associated Press. Plus de 30 États autorisent son utilisation pour toute une gamme de problèmes médicaux. Toutefois, pour certaines troubles, il n’existe pas de preuves suffisantes des bienfaits du cannabis.

Selon la science, le cannabis est principalement actif sur le plan de la douleur chronique. C’est la raison la plus souvent invoquée par les personnes qui s’inscrivent à des programmes de cannabis médical approuvés par l’Etat.

« Mais on sait peu de choses sur les parties de la marijuana qui sont utiles d’un point de vue médical et sur la possibilité d’éviter les effets intoxicants du THC », explique Johnson.

« La science accuse un retard par rapport à l’utilisation et aux intérêts du public. Nous faisons de notre mieux pour rattraper notre retard », a déclaré David Shurtleff, directeur adjoint du Centre national de la santé complémentaire et intégrative, qui finance les projets.

Selon Shurtleff, le THC a fait l’objet de nombreuses recherches et son potentiel de dépendance et d’abus le rend impropre au traitement de la douleur.

Cannabis et crise des opioïdes

Les académies nationales américaines des sciences, de l’ingénierie et de la médecine ont averti il ​​y a deux ans que le manque de recherche sur la marijuana présentait un risque pour la santé publique. D’autres agences fédérales ont soutenu la recherche sur la marijuana. Toutefois, l’accent a été mis principalement sur les dommages potentiels.

« Les patients rapportent de nombreux avantages de l’usage médical du cannabis », souligne Aditi Das, chimiste à l’Université de l’Illinois, l’un des bénéficiaires des subventions de recherche. « Nous devons découvrir quels phénomènes scientifiques se cachent derrière tout cela. »

Tags
Show More

Express devient Business AM

Close
Close