Economie

« Le changement climatique nous rend idiots »

Selon une nouvelle étuderéalisée par des chercheurs de l’University College London (UCL),une quantité plus importante de gaz à effet de serre dansl’atmosphère pourrait affecter notre mémoire, notre concentrationet notre capacité de prise de décision.  

Des scientifiques avaientdéjà indiqué que l’augmentation des émissions de CO2 sur leslieux de travail dépourvus de systèmes de ventilation adéquatsrendait les employés plus lents et moins aptes à mener à bienleurs tâches, explique le quotidien britannique The Independent.

Recrudescence de ladéficience intellectuelle

Cependant, selon leschercheurs de l’UCL, à cause des changements climatiques, ladéficience intellectuelle est susceptible de devenir un problèmebeaucoup plus répandu dans les prochaines décennies.

« Les performancescognitives humaines diminuent avec la hausse des niveaux de CO2 »,ont expliqué les scientifiques. « Etant donné la probabilitéd’augmentation de la concentration de CO2 dans l’atmosphère d’icila fin de 21ème siècle, les conséquences directes des émissionsanthropiques de dioxyde de carbone sur les performances cognitiveshumaines pourraient être inévitables », ont-ils encoreajouté.

Durant leur étude, lesscientifiques ont constaté que des niveaux élevés de pollutionentraînaient une baisse importante des résultats aux tests delangage et d’arithmétique, l’impact moyen étant équivalent àune année d’éducation perdue.

Plus les personnes sontexposées à la pollution de l’air, plus les dommages causés àl’intelligence sont importants, avancent les scientifiques. Lescapacités langagières sont beaucoup plus affectées que lescapacités mathématiques. Par ailleurs, les hommes seraient plustouchés que les femmes, ce qui à l’avenir pourrait entraîner desdifférences de fonctionnement des cerveaux des deux sexes.

Problème mondial

Selon l’équipe del’Institut de l’énergie de l’UCL, afin de minimiser cet impact, ilfaudrait modifier la conception des systèmes de ventilation dans lesbâtiments et au sein des transports.

Les recherches sur lacorrélation entre la hausse des émissions de CO2 et la diminutiondes performances cognitives de l’homme n’en est qu’à sesdébuts, ont précisé les chercheurs. Mais le fait qu’il s’agit d’unproblème mondial signifie que davantage d’études serontnécessaires.

Récemment cette année,une étude la Yale School of Public Health avait indiqué que lapollution de l’air provoquait une réduction des niveauxd’intelligence. Selon Derrick Ho, de l’Université polytechnique deHong Kong, cela se doit au fait que la pollution atmosphériqueélevée peut être associée au stress oxydatif, à laneuroinflammation et à la neurodégénérescense humaine.

Bien que les conclusionsde l’étude se basent sur des tests de dioxyde d’azote et de dioxydede soufre menés en Chine, les chercheurs ont clairement établi quele lien entre la pollution de l’air et les capacités cognitivesavait des implications mondiales.

« L’air pollué peutprovoquer chez tout le monde une réduction du niveau d’éducationd’un an, ce qui est énorme », a déclaré le scientifique YaleXi Chen. Selon ce dernier, la pollution de l’air est probablement lacause de la perte d’intelligence. 

En mai 2018, le niveaumensuel moyen de CO2 dans l’atmosphère a atteint son plus hautniveau jamais enregistré., dépassant pour la première la limite de410 parties par million (ppm).

Show More
Close
Close