Economie

Le CEO belge viellit, le pourcentage de CEO féminin reste marginal

Nos dirigeants vieillissent… comme le reste de la population. C’est la conclusion la plus remarquable de la mise à jour 2008 d’une etude lancé par le réseau de managers Top Management en 2001.

L’étude sur l’évolution du profil du dirigeant 2001-2008, fût réalisée à partir des 7813 biographies de dirigeants et hauts cadres d’entreprises en Belgique, contenues dans la banque de données de Top Managerment.

En voilà quelques resultants:

  • La répartition linguistique a légèrement fluctué en faveur de la Flandre ;
  • Le nombre de femmes dans des fonctions dirigeantes a légèrement augmenté ; par contre, le nombre d’hommes francophones a diminué ;
  • La tranche d’âge des 31-40 ans a considérablement chuté, au profit des tranches d’âge supérieures et ce, tant du côté francophone que néerlandophone ;
  • Du côté de la formation chez les francophones, on remarque une légère diminution des ingénieurs et des économistes tandis que les juristes, MBA et autodidactes sont en augmentation ; du côté néerlandophones, phénomène similaire ;
  • Au niveau des nationalités, on remarque moins de Belges à la tête de nos entreprises alors que les autres nationalités sont toujours plus ou moins également représentées
  • Le nombre de femmes dans les hautes sphères des entreprises a légèrement augmenté au cours de ces dernières années : les femmes francophones sont passées de 4.8% en 2008 (3.7% en 2001) et les femmes néerlandophones de 3.3% en 2001 à 3.92% en 2008 ;
  • En matière d’enseignement, chez les francophones, on trouve en tête l’ULB, suivi par l’ICHEC, l’UCL, Solvay et L’ULg ; chez les néerlandophones, par ordre décroissant la KUL, la RUG, UFSIA, la VUB, Vlerick, Ehsal et Vlekho.
Show More

Express devient Business AM

Close
Close