Le Bore-out: 15% des employés souffrent d’un ennui fatal au bureau

Sur le lieu de travail, le « burn-out », c’est-à-dire le syndrome d’épuisement professionnel, est un problème connu et reconnu, mais ce que l’on sait moins, c’est que de nombreux travailleurs sont aussi affectés par le  « Bore-out », c’est-à-dire le syndrome d’épuisement professionnel par l’ennui, rappelle  Frouke Vermeulen dans Knack. Vemeulen, qui est l’auteure du livre « Vechten tegen verveling – Gevangen in een bore-out », (‘La lutte contre l’ennui – Pris dans un Bore-out’), reconnait avoir été elle-même victime de ce syndrome. Elle affirme que pour l’employé qui en souffre, le bore-out peut être une expérience fatale.

Selon le Docteur Luc Swinnen, 15% des travailleurs seraient confrontés à un Bore-out. Ces personnes ne se sentent pas surmenées, mais elles s’ennuient profondément à leur travail au point de ne plus pouvoir s’y investir, ou de donner un sens à ce qu’elles font, et d’en concevoir une souffrance qui mène à un véritable épuisement.

Face à une telle situation, les responsables réagissent souvent à l’inverse de ce qu’il faudrait faire : assimilant le manque d’engagement du salarié à de la paresse, ils ont tendance à durcir les procédures de contrôle et de surveillance des salariés, allant parfois jusqu’à les « fliquer », ce qui renforce le malaise de ces derniers.

Frouke Vermeulen se souvient qu’elle avait occupé un emploi de scientifique sur le projet d’un consultant international de l’environnement, et qu’elle s’était retrouvée piégée dans une routine qui l’avait privée de toute satisfaction professionnelle. Au fil du temps, elle était devenue totalement épuisée, puis s’était effondrée, et avait dû  rechercher une aide spécialisée pour s’en sortir.

Le Docteur Swinnen note que les victimes ne sont pas toujours responsables de l’ennui désespéré où elles se trouvent. Souvent, elles sont employées sous la direction de responsables incapables de déléguer et qui ont tendance à « micromanager », c’est-à-dire à vouloir tout garder sous leur contrôle. Les employés de tels responsables se retrouvent souvent en sous-charge de travail, ou en manque de responsabilités, ce qui peut conduire au bore-out.

Selon Swinnen et Vermeulen, le meilleur remède pour résoudre un Bore-out consiste le plus souvent à chercher un autre emploi, et à démissionner dès que possible. « Le problème est souvent dû à la mauvaise qualité de l’encadrement», souligne Luc Swinnen. « On peut essayer d’orienter le comportement des cadres, mais souvent, cela ne résout rien. »

Un autre problème, selon Luc Swinnen que l’on trouve beaucoup de victimes de bore-out parmi les travailleurs les plus matures. Il explique ce phénomène par le fait que ce sont souvent des salariés auxquels on a confié des tâches ennuyeuses depuis longtemps, et qui ne bénéficient souvent que d’une faible reconnaissance pour leur travail dans leur environnement personnel.

D’après le Docteur Swinnen, l’autonomisation est la principale arme pour lutter contre un Bore-out. Les travailleurs devraient savoir s’affirmer suffisamment pour faire comprendre à leur responsable qu’ils souhaiteraient occuper un emploi différent, ou bénéficier d’une formation.

Show More

Express devient Business AM

Close
Close