Economie

Le bitcoin consomme toujours plus d’énergie

Le bitcoin consomme de plus en plus d’énergie: 0,5% de la consommation d’électricité mondiale servira à produire le bitcoin d’ici la fin de l’année 2018. Et pourquoi ne pas se pencher plus sur d’autres monnaies virtuelles, moins énergivores?

Difficile de prédire l’avenir du Bitcoin et des autres cryptomonnaies tant leurs valeurs fluctuent à chaque minute qui s’écoule. Mais une chose est certaine: les transactions réalisées avec ces monnaies virtuelles demandent un paquet d’énergie. Et vu que l’intérêt pour ces dernières a tout de même tendance à prendre de l’ampleur, il est important de calculer combien d’électricité le réseau Bitcoin consomme.

Une étude réalisée par le cabinet d’audit PwC estime que l’utilisation actuelle minimale du réseau Bitcoin est de 2,55 gigawatts, ce qui signifie qu’il consomme presque autant d’électricité que l’Irlande. Une seule transaction consomme autant d’électricité qu’un ménage moyen aux Pays-Bas en un mois. D’ici la fin de l’année, il prévoit que le réseau pourrait consommer jusqu’à 7,7 gigawatts, soit autant que l’Autriche et 0,5% de la consommation mondiale totale.

« 0,5%, c’est assez choquant »

« Pour moi, 0,5%, c’est déjà assez choquant. C’est une différence extrême par rapport au système financier ordinaire, et cette demande croissante d’électricité ne va certainement pas nous aider à atteindre nos objectifs climatiques », déclare Alex de Vries, économiste pour PwC et co-auteur de l’étude. Mais si le prix du Bitcoin continue d’augmenter comme certains experts l’ont prédit, De Vries pense que le réseau pourrait un jour consommer jusqu’à 5% de l’électricité mondiale.

Pourquoi le Bitcoin demande une telle quantité d’énergie? Parce qu’il dépend des ordinateurs qui ajoutent automatiquement l’heure et la date à laquelle les transactions sont réalisées sur la chaîne de blocs (blockchain). Le but de cette opération est d’empêcher que certaines opérations soient réalisées en double: ce qui permet une sécurité totale et une traçabilité parfaite.

Toutes les 10 minutes

Tous les ordinateurs qui sont connectés au réseau effectuent des calculs en continu afin d’être nommé pour créer le prochain bloc de transactions dans la chaîne. C’est un procédé aléatoire qui met en compétition tous les ordinateurs occupés à calculer. Toutes les dix minutes, une machine est nommée et son utilisateur est récompensé en coins.

Le problème est que tous les participants dépensent de la puissance de calcul, même ceux qui ne sont pas récompensés. « Vous générez des nombres tout le temps et les machines que vous utilisez pour cela consomment de l’électricité. Mais si vous voulez obtenir une part plus importante du gâteau, vous devez augmenter votre puissance de calcul. Il y a donc une forte incitation à ce que les gens augmentent le montant qu’ils dépensent en électricité et en machines », ajoute de Vries.

Moins énergivore

Après, il ne faut pas s’emballer pour autant et penser que toutes les cryptomonnaies sont forcément un danger pour l’électricité de la planète. La méthode dont il est question ici est celle employée pour le minage du Bitcoin. Mais il existe des centaines d’autres monnaies virtuelles cryptées et les procédés utilisés pour faciliter leur transaction ne demandent pas tous autant d’énergie.

Certains coins fonctionnent avec d’autres méthodes de calcul qui demandent une infrastructure moins importante. C’est le cas du IOTA, par exemple. Cette monnaie utilise la technologie Tangle qui utilise le concept de graphe dirigé acyclique là où la blockchain fonctionne de façon linéaire. C’est également la technologie sur laquelle la Suède pense se baser pour lancer sa cryptomonnaie nationale. Son avantage? Elle ne demande pas de minage. Elle est donc beaucoup plus légère et moins énergivore.

Et ce n’est qu’une parmi des centaines… Si le public commence à s’intéresser à ces monnaies plutôt qu’au Bitcoin, il y aura peut-être un renversement de paradigme.

Show More
Close
Close