EconomieTech

L’aviation pourrait être gravement touchée par les voitures autonomes

A long terme, les voitures autonomes auront également un impact majeur sur le secteur de l’aviation, indique une étude réalisée par des scientifiques de l’Université aéronautique Embry-Riddle en Floride. Selon les scientifiques, à mesure que l’adoption de voitures autonomes progressera, ces dernières modifieront le comportement de la population en  matière de voyages. Selon les chercheurs, cette évolution représente un défi potentiel significatif pour l’aviation.

Les chercheurs en sont venus à la conclusion que les voitures autonomes ne seront pas utilisées que pour de courts trajets, mais qu’elles serviront également pour des distances plus importantes.

Avantages

« Pour les voyages sur des distances moyennes, les voyageurs choisissent de prendre l’avion au lieu de conduire seuls », a déclaré Stephen Rice, directeur de recherche et professeur de psychologie à l’Université aéronautique Embry-Riddle. « Même lorsque le temps de trajet total est calculé, l’avion sera nettement plus rapide que la voiture pour parcourir ces distances. »

Cependant, selon le professeur, si le voyageur avait accès à une voiture autonome, cette situation pourrait changer radicalement. Les passagers pourraient manger, boire, travailler et dormir pendant les 10 heures de route. Ils pourraient partir quand ils veulent et emporter tout ce qu’ils souhaitent, y compris des liquides et des couteaux de poche, sans perquisition ni numérisation des bagages.

« Une fois arrivés à destination, ils ne seraient pas obligés de trouver une voiture de location », souligne le Rice. « Cependant, nous savons que le public aime la rapidité avec laquelle les vols peuvent couvrir de grandes distances, mais déteste les contrôles de sécurité, les longues files d’attente, les retards, le risque de perte de bagages et la gêne occasionnée par l’expérience de vol. »

« Nous savons également que, pour le moment, la plupart des personnes hésitent à utiliser des véhicules sans conducteur, y compris les autobus scolaires et même les ambulances, qui pourraient accélérer leur traitement en cas d’urgence. »

Mais, selon l’expert, les données montrent également que, lorsque les personnes découvrent les avantages des voitures autonomes, elles deviennent plus réceptives à la nouvelle technologie. Au fil du temps, le public devrait se sentir à l’aise avec l’utilisation des voitures autonomes, tout comme lorsqu’il s’est habitué à sa première voiture. L’introduction de voitures sans conducteur permettra en outre aux voyageurs d’avoir davantage de choix pour éviter de voyager seuls.

Voiture de location

En général, les résultats de l’étude ont indiqué que les personnes préféraient toujours les véhicules sans conducteur à la conduite manuelle. « Prendre une voiture sans conducteur était encore plus attrayant si on expliquait aux personnes qu’après avoir pris l’avion, elles auraient besoin d’une voiture de location dans leur ville de destination », explique Rice.

Pour des trajets plus courts, d’une durée maximale de cinq heures, deux voyageurs sur trois préféraient la voiture à l’avion. Cela ne changait pas beaucoup quand on leur offrait une voiture autonome, à moins qu’on ne leur dise qu’ils auraient besoin d’une voiture dans leur ville de destination.

Près des trois quarts des voyageurs ont affirmé qu’ils préféreraient une voiture autonome à l’avion. Au fur et à mesure que les voyages s’allongent, de plus en plus de répondants préfèrent l’avion. Toutefois, les voitures autonomes étaient toujours une option convaincante.

Lors des voyages les plus longs avec un trajet de 45 heures, seule environ une personne sur 10 préférait conduire elle-même. Cependant, cette proportion est passée à une personne sur six lorsqu’il était possible d’entreprendre le voyage avec une voiture autonome.

Effets

Selon Stephen Rice, ces choix auront un impact significatif sur les compagnies aériennes. « Même la perte d’un client sur dix réduira considérablement les revenus des compagnies aériennes », a-t-il déclaré. « Les marges bénéficiaires par ticket restent limitées. Une baisse des revenus les obligeraient à réduire leurs services et à effectuer moins de trajets moins fréquemment. »

« L’introduction de la voiture autonome permettra aux voyageurs de choisir plus souvent de ne pas prendre l’avion », a encore déclaré la professeure Rice. « En outre, un certain nombre de voyageurs organiseront leurs déplacements différemment. Dans la plupart des cas, un avion ne sera pris que pour des vols intercontinentaux. Par contre, les personnes opteront probablement plus vite pour une voiture que pour un vol depuis un aéroport régional. »

« Ces changements pourraient modifier considérablement le secteur de l’aviation », prévient Rice. « Il est probable que les compagnies aériennes commandent moins d’avions auprès des constructeurs, que les aéroports enregistrent moins de vols quotidiens et tirent moins de revenus des parkings, et même que les hôtels des aéroports accueillent moins de clients. L’avenir des voitures sans conducteur attire les consommateurs, ce qui signifie que le futur des vols commerciaux est en danger. »

Tags
Show More

Express devient Business AM

Close
Close