Economie

L’Allemagne veut devenir le leader mondial de l’hydrogène

Pour son approvisionnement en énergie, l’Allemagne s’intéresse de plus en plus à l’hydrogène comme alternative aux combustibles fossiles. Le pays espère utiliser l’hydrogène pour remplacer le charbon dont il dépend. Le mois dernier, Peter Altmaier, ministre allemand de l’Economie, a annoncé qu’il débloquerait des fonds pour vingt laboratoires de recherche spécialisés dans les applications de l’hydrogène. Altmaier a souligné que l’objectif était de faire de l’Allemagne le pionnier mondial des technologies de l’hydrogène.

Les propriétaires de gazoducs, en revanche, ont demandé des modifications réglementaires pour ajouter de l’hydrogène à leur approvisionnement.

Soutien

L’Allemagne possède déjà le premier train à hydrogène au monde. La demande allemande en hydrogène dans les transports et l’industrie devrait augmenter de 37% d’ici 2030. L’Allemagne a importé 63,5% de son énergie en 2016, principalement du pétrole, du charbon et du gaz.

L’hydrogène peut devenir une alternative importante. Lorsque le produit est brûlé, seule de l’eau est libérée en tant que matière résiduelle. Le développement de l’hydrogène à l’échelle industrielle offre de nombreuses opportunités en termes de durabilité. Le produit pourrait en effet maintenir l’approvisionnement en énergie si l’énergie solaire ou éolienne n’est pas disponible.

En juillet, six parlementaires verts ont soumis un rapport sur la production d’hydrogène. « Dans ce document, les parlementaires concernés ont exprimé pour la première fois leur soutien sans équivoque à l’hydrogène », ont expliqué les médias allemands.

« L’hydrogène est l’un des sujets les plus chauds de la transition énergétique dans le pays à l’heure actuelle », a déclaré Inga Posch de FNB Gas, la fédération des opérateurs de gazoducs en Allemagne. « L’intérêt du secteur privé est vraiment énorme. Les Allemands ont été trop concentrés sur l’électrification de l’économie. Nous commençons donc le processus avec du retard. »

« Notre objectif est de devenir le numéro un mondial des technologies de l’hydrogène », a déclaré le ministre Altmaier. « Les technologies de l’hydrogène offrent un potentiel énorme pour la transition énergétique, la protection du climat et la création d’emplois. En collaboration avec les laboratoires, nous pourrons tester comment les nouvelles technologies de l’hydrogène peuvent être appliquées dans des conditions réelles et à l’échelle industrielle. »

Charbon

Le sidérurgiste allemand ThyssenKrupp a déjà annoncé son intention de devenir neutre en carbone d’ici 2050. « D’ici 2050, nous pourrons réduire nos émissions liées à la production d’acier de 80% », a déclaré Donatus Kaufmann, directeur de l’innovation chez ThyssenKrupp.

Les constructeurs automobiles japonais ont également installé des piles à combustible à base d’hydrogène dans leurs voitures. Le produit est également utilisé dans les logements japonais. Royal Dutch Shell considère l’hydrogène comme un carburant fiable pouvant être transporté facilement. Siemens a récemment annoncé la construction d’un laboratoire sur l’hydrogène dans l’est de l’Allemagne.

Le ministre Altmaier a annoncé un financement annuel de 100 millions d’euros pour soutenir vingt laboratoires de recherche dans le développement d’applications de l’hydrogène à l’échelle industrielle. En outre, un financement supplémentaire de 200 millions d’euros est prévu pour les régions qui étaient fortement dépendantes du charbon par le passé et qui sont en « mutation structurelle ».

« Cette initiative montre à quel point l’Allemagne s’efforce pour faire en sorte que la transition vers une énergie propre soit une réalité. », a déclaré Jurgen Friedrich, directeur général de Germany Trade & Invest. « Ces projets devraient donner une impulsion majeure au secteur énergétique allemand. »

Tags
Show More
Close
Close