Economie

L’Allemagne compte 800 hôpitaux en trop

En Allemagne, la fermeture à grande échelle d’hôpitaux pourrait améliorer les soins de santé des patients, indique une étude de la Fondation Bertelsmann et de l’Institut für Gesundheits-und Sozialforschung (Iges). L’Allemagne compte environ 1.400 hôpitaux. Selon le rapport, le fait de supprimer 800 hôpitaux permettrait aux hôpitaux restants de disposer de plus de personnel et de meilleures installations.

Les résultats de l’étude ont été vivement critiqués par des représentants du gouvernement allemand, de la gauche et des associations de santé.

Qualité

Selon les chercheurs, de nombreux hôpitaux sont trop petits et ne disposent pas de l’équipement et de l’expérience nécessaires. 57% de tous les hôpitaux allemands sont des cliniques comptant moins de 200 lits. De nombreux établissements ne sont pas en mesure de gérer correctement les urgences, mettant ainsi la vie des patients en danger. Ces petits hôpitaux n’ont pas l’expérience requise pour faire face aux crises cardiaques ou aux accidents vasculaires cérébraux, estiment les auteurs de l’étude.

Une réduction du nombre d’hôpitaux pourrait même prévenir certains décès. Les fermetures pourraient en outre faire en sorte que les hôpitaux restants aient de meilleurs équipements. En outre, cette réduction permettrait également d’aboutir à une spécialisation accrue et à de meilleurs soins pour les patients.

Selon les auteurs, les hôpitaux devraient disposer d’au moins 200 lits et de moyens techniques nécessaires au traitement d’urgence complet des patients souffrant de crises cardiaques ou d’accidents vasculaires cérébraux. En outre, les hôpitaux devraient pouvoir compter sur un personnel suffisant. Les départements spécialisés devraient avoir au moins 25 lits.

Jens Spahn (CDU), ministre allemand de la Santé, a expliqué en réponse à l’étude qu’il fallait combiner les soins locaux et la spécialisation. « Tous les hôpitaux ne doivent pas tout faire. Les cas les plus compliqués appartiennent à un hôpital qui possède l’expertise nécessaire », a déclaré le ministre. « La qualité d’un traitement est étroitement liée à l’expérience de l’hôpital en la matière. Les hôpitaux qui ne peuvent pas fournir une expertise pour ces traitements ne devraient en aucun cas recevoir d’indemnité pour ces procédures. »

Critique

Selon Karl Lauterbach, expert en matière de santé du Sozialdemokratisch Partei Deutschlands (SPD), fermer plus de la moitié des hôpitaux allemands serait une erreur. « Mais il est vrai qu’il n’y a pas assez de médecins et d’infirmières disponibles pour offrir des services de haute qualité partout dans le monde. La surcapacité existe surtout dans les villes, où des fusions ou des fermetures sont envisageables. Dans le pays, cependant, la pénurie menace de nombreux endroits. »

D’autres partis affirment que, même s’il y a trop de lits, cela ne signifie pas qu’il y a trop d’hôpitaux.

Jan Korte, représentant du parti d’opposition Die Linke, a formulé des critiques acerbes contre l’étude. « Les propositions de la Fondation Bertelsmann, capitaliste radical du marché, constituent une attaque contre les habitants des zones rurales », a déclaré Korte. « Au contraire, plus d’hôpitaux doivent être aux mains du gouvernement ».

Klaus Reinhardt, président de la Bundesärztekammer, l’association médicale allemande, a également déclaré qu’il était étrange que la Fondation Bertelsmann ait suggéré la fermeture de huit cents hôpitaux. L’association médicale allemande a souligné que la commission gouvernementale sur l’égalité des conditions de vie avait récemment souligné l’importance d’une infrastructure de santé locale.

Selon Reinhardt, dans certaines zones urbaines, il serait logique que les médecins et le personnel infirmier traitent les patients dans des structures plus grandes.

Selon la Deutsche Stiftung Patientenschutz, la Fondation allemande pour la protection des patients, la fermeture de 800 hôpitaux va porter un coup dur aux soins de santé allemands. « C’est peut-être scientifiquement justifié, mais cela serait dévastateur pour le peuple », a déclaré Eugen Brysch, président de l’organisation.

Tags
Show More
Close
Close