La Turquie va ouvrir les portes et laisser les 2,7 millions de réfugiés se ruer sur l’Europe’

Jeudi, le président turc Recep Tayyip Erdogan a averti l’Union européenne qu’il pourrait ouvrir les portes de son pays et laisser près de 2,7 millions de réfugiés se ruer sur l’Europe, affirme EUObserver.

“Le mot “idiot” n’est pas écrit sur nos fronts » , a déclaré le président. « Nous serons patients, mais nous ferons ce que nous avons à faire”.

Cette semaine, le site grec euro2day.gr avait rapporté qu’au cours du sommet du G20 qui se tenait à Antalya, Erdogan avait dit à Jean-Claude Juncker, le président de la Commission européenne : “Nous pouvons ouvrir les portes de la Grèce et de la Bulgarie n’importe quand, et mettre les réfugiés dans des bus”. Il avait ensuite confirmé ses dires : “Je suis fier de ce que j’ai dit. Nous avons défendu les droits de la Turquie et des réfugiés. Et nous leur avons dit [aux Européens, ndlr] +Désolé, nous allons ouvrir les portes et dire au revoir aux migrants+”.Aux termes d’un accord conclu avec l’UE en novembre, la Turquie s’était engagée à stopper le flux de migrants à destination des pays membres de l’UE, contre une aide financière de 3 milliards d’euros, entre autres.  Mais mercredi, la Commission européenne a publié un rapport reconnaissant que la Turquie avait fait des progrès, mais qu’elle devait en faire plus pour empêcher les migrants de passer dans les pays du bloc.Mais l’UE n’était pas la seule à être visée. Le président turc a aussi mis la pression sur l’ONU, qu’il accuse de ne pas en faire assez pour les réfugiés. “Honte à vous, honte à vous”, a-t-il dit, ajoutant que l’Organisation devrait exhorter ses membres de prendre des réfugiés se trouvant en Turquie. Depuis le début de la guerre en Syrie, son pays a consacré plus de 8 milliards d’euros aux réfugiés.Erdogan répondait ainsi aux déclarations faites par le Secrétaire général de l’OTAN, Jens Stoltenberg, qui avait annoncé plus tôt dans la journée que l’Organisation avait accepté de déployer des navires en Mer Egée. La mission serait dirigée par l’Allemagne, et elle aurait pour but de surveiller les côtes turques. “Ce n’est pas pour stopper les bateaux de réfugiés ou les repousser”, a dit Stoltenberg. Apparemment, la mission aurait plutôt comme objectif de recueillir des informations pour arrêter les trafiquants.Le ministre grec des migrations Yiannis Mouzalas a indiqué à son parlement jeudi que le coût de la crise des réfugiés dépasserait le milliard d’euros pour son pays cette année, ce qui représente plus de 0,5% du PIB grec. Le ministre allemand de la Construction, Barbara Hendricks, a quant à elle indiqué que son pays devrait engager 1,3 milliard d’euros supplémentaires pour les réfugiés dans son pays, afin de financer des logements sociaux.

Show More

Express devient Business AM

Close
Close