La Silicon Valley a une nouvelle proie: l’industrie automobile

D’ici 2040, les ventes de voitures auront baissé de 40% par rapport à aujourd’hui, montre un rapport de Brian Johnson, analyste à la banque d’investissement Barclays Plc. Son étude, intitulée « Disruptive Mobility », ne présage rien de bon pour l’industrie automobile américaine, qui, selon lui, devra réduire sa production de 58 à 68%.

L’émergence de services de voitures de tourisme avec chauffeur de type Uber, des voitures automotrices et de l’économie de partage implique que le nombre de voitures par foyer passera d’une moyenne de 2,1 à 1,2, soit une diminution de 40%.

Les voitures seront utilisées de façon beaucoup plus intense qu’aujourd’hui. Johnson estime que le kilométrage moyen effectué, actuellement de 12.000 km annuels, doublera pour dépasser 25.000 km par an.

Sa thèse semble être confirmée par un certain nombre de tendances déjà visibles aujourd’hui. D’abord, il y a le succès phénoménal d’Uber, qui a encore de grandes ambitions. Uber devrait bientôt lancer UberPool, une application qui permettra de partager une voiture de tourisme avec chauffeur avec d’autres utilisateurs, de telle sorte que le coût de la course pourra être réduit de moitié.

Ensuite, on assiste à l’émergence de services de location de voitures entre particuliers du type Relay Rides, ou Drivy, des start-ups qui permettent de connecter leurs utilisateurs avec les propriétaires de voitures non utilisées en permanence, c’est-à-dire 90% de toutes les voitures, pour qu’ils leurs louent lorsqu’ils n’en ont pas besoin.

Il s’agit d’une perturbation, ou plutôt d’une menace pour l’industrie de la location de voitures, mais aussi d’une autre mauvaise nouvelle pour les constructeurs automobiles. En effet, les sociétés de location de voitures sont traditionnellement parmi leurs plus grands clients et elles pourraient rapidement se trouver dans une situation désespérée.

Des études récentes montrent également que les jeunes sont de moins en moins nombreux à souhaiter passer leur permis de conduire.

Show More

Express devient Business AM

Close
Close