Lifestyle

La seconde noce ne rend pas plus heureux

«Je suis si heureux de ne plus être jeune » sont les paroles chantées par Maurice Chevalier dans le film « Gigi ». Maggie Scarf est écrivain Américaine qui publia une série de titres sur les relations familiales et conjugales. Cette fois-ci elle s’attaque au troisième âge pour y découvrir des plaisirs inattendus.

Dans ses recherches et interviews apparaissent bien sûr les faits que l’espérance de vie ne fait qu’augmenter, que les situations familiales et professionnelles changent, que le corps n’est plus ce qu’il était et que tout cela mène à une crise d’identité, une deuxième adolescence.

Les petites choses

Plus intéressant est que les conflits aigus prennent moins de place dans la vie et que l’on commence à apprécier les petites choses. Comparés aux couples du deuxième âge, au troisième âge on exprime moins de colère, de dégout ou de belligérance et pour faire place à un tout autre type de sentiment : l’affection en quiétude.

Le divorce est-il une solution pour les couples malheureux ? Rarement. Il apparaît qu’après cinq ans les divorcés ne sont pas plus heureux que les couples restés ensemble. Seulement en un cas sur cinq une seconde noce rend plus heureux.

Les couples du troisième âge, restés ensembles malgré maintes difficultés, se déclarent généralement « en paix » ou au pied d’un nouveau début.

[The Economist]
Show More

Express devient Business AM

Close
Close