Economie

La maire d’Amsterdam veut un avenir différent pour le quartier rouge

Femke Halsema, la première femme maire d’Amsterdam souhaite réorganiser le quartier rouge. Halsema veut restructurer le quartier chaud de la ville et ses vitrines afin de protéger les travailleuses du sexe des nuisances du tourisme de masse.

Selon les observateurs, le plan de Halsema serait la réforme la plus radicale du commerce du sexe dans la région depuis que les Pays-Bas ont légalisé la prostitution il y a près de deux décennies. Femke Halsema a proposé de mettre un terme définitif à l’exposition des travailleuses du sexe dans les vitrines.

Cependant, ces propositions sont l’objet de nombreuses critiques.

Scénarios

« La situation actuelle dans le quartier rouge est intenable », explique Halsema. Selon elle, des changements sont nécessaires en raison de changements sociaux, tels que la traite des êtres humains et l’augmentation du nombre de touristes qui utilisent leur téléphone pour prendre des photos des femmes et les publier sur les réseaux sociaux.

« Nous y sommes contraints parce qu’Amsterdam a changé », a déclaré Halsema dans une interview. « Je pense que beaucoup de femmes qui travaillent là-bas se sentent humiliées et c’est une des raisons pour lesquelles nous envisageons des changements. »

Quatre scénarios principaux sont à l’étude: l’arrêt des vitrines, l’augmentation du nombre de licences des travailleuses du sexe, la réduction du nombre de maisons de prostitution en centre-ville, leur fermeture totale et leur transfert ailleurs.

Les scénarios, élaborés dans un rapport intitulé « Le futur de la prostitution à la fenêtre à Amsterdam », incluaient également une proposition plus large pour une « zone de ville érotique ». Cette zone aurait une porte d’entrée clairement définie, similaire à un système utilisé à Hambourg.

La maire a souligné qu’il n’était pas prévu d’interdire totalement la prostitution.

« Peut-être pourrions-nous protéger les fenêtres des maisons closes, afin que les prostituées ne soient pas vues par les passants », a déclaré Halsema.

Enfin, la fermeture de tous les bâtiments pour hommes et leur transfert dans une autre partie de la ville sont également à l’étude. .

Les options seront présentées aux résidents et aux entreprises lors des assemblées publiques de ce mois-ci avant d’être soumises au vote du conseil municipal plus tard cette année.

UNESCO

« Nous avons légalisé la prostitution parce que nous pensions et pensons toujours que la prostitution légale offre à une femme la chance d’être autonome et indépendante. La criminalisation de la prostitution a été pratiquée aux États-Unis, ce qui, je pense, rend les femmes extrêmement vulnérables », a encore déclaré la maire d’Amsterdam.

Les changements ont trois objectifs principaux. Il s’agit de protéger les femmes des conditions de travail dégradantes, de réduire le crime et de revitaliser le quartier vieux de 500 ans qui, avec les canaux d’Amsterdam, fait partie du patrimoine mondial de l’UNESCO.

Les premières réactions des travailleuses du sexe vis-à-vis de ces plans étaient cependant peu enthousiastes. Les prostituées d’Amsterdam veulent garder les vitrines. « C’est un outil essentiel pour attirer les clients », font valoir plusieurs d’entre-elles.

Les travailleuses du sexe n’adhèrent pas non plus à la proposition de transférer la prostitution dans un autre quartier. Elles craignent de se retrouver exilées dans des quartiers reculés, où les clients potentiels ne viendraient pas.

« La disparition de la prostitution à la fenêtre pourrait également encourager les travailleuses du sexe à entrer dans l’illégalité », ont déclaré des représentants de prostituées. « En outre, il existe un contrôle social important dans le quartier rouge, ce qui favorise la sécurité des travailleuses du sexe. »

Tags
Show More
Close
Close