Economie

La Grande-Bretagne est restée sans énergie éolienne pendant neuf jours

La Grande-Bretagne a passépratiquement neuf jours sans aucune énergie éolienne générée.Selon les météorologues, cette période calme sans vent devraitencore durer deux semaines. Par ailleurs, selon les climatologues,ce phénomène témoigne également des risques associés àcertaines formes d’énergie renouvelable.  

Le manque de vent a faitgrimper les prix de l’électricité journalière à leur plus hautniveau depuis 10 ans. En outre, selon les experts, ce phénomènereprésente également une menace pour la sécurité énergétique.

Énergie nucléaire

Des chercheurs de del’Imperial College de Londres avaient déjà calculé que l’énergieéolienne avait représenté 18,8% de la production totaled’électricité au Royaume-Uni au premier trimestre de cette année.A la mi-mars, ce niveau avait même atteint les 50%.

Toutefois, en milieu desemaine, le vent n’a généré que 4,3% de l’énergie électrique duRoyaume-Uni. La part de la production de charbon a chuté à près dezéro. Par ailleurs, le gaz et l’énergie nucléaire ont pris larelève en représentant respectivement 54% et 25% de l’énergiebritannique, selon la compagnie d’électricité National Grid.

Les éoliennesbritanniques peuvent produire à peu près la même puissance quedouze réacteurs nucléaires dans des conditions optimales.Toutefois, la faible énergie éolienne ne menace pas lesapprovisionnements en juin lorsque la demande est faible.

Froides et sombres soiréesd’hiver

Cependant, le tableau estcomplètement différent lors des froides et sombres journéesd’hiver lorsque la demande de chauffage atteint des sommets. « Ace moment-là, la sécurité d’approvisionnement du réseauélectrique britannique pourrait être compromise », expliqueElchin Mammadov, analyste chez Bloomberg Intelligence. « Celamontre que compter uniquement sur le vent, l’énergie solaire et lesbatteries pour fournir la majorité de notre énergie est imprudentpour la sécurité énergétique. »

Les conditionsmétéorologiques peuvent être particulièrement volatiles. « Legouvernement doit donc veiller à ce que des ressources suffisantessoient générées pour des périodes où le vent ne souffle pas »,explique Bloomberg. .

Dans ce contexte, GregClark, secrétaire d’État américain chargé de l’énergie et de lastratégie industrielle, a annoncé que le gouvernement britanniqueavait décidé de débloquer des fonds pour aider à assurer lefinancement d’un nouveau réacteur nucléaire construit par lasociété industrielle Hitachi Ltd.

Show More
Close
Close