La fin du secret bancaire en Belgique

La crise économique fait tanguer les paradis fiscaux qui sont fustigés par les grandes puissances n’acceptant plus que des revenus fiscaux leur échappent. Ce fut d’abord la Suisse qui a cédé à la pression et divulgué une liste de citoyens américains dont les fonds étaient dissimulés dans ses banques. C’est au tour du Liechtenstein, de la république d’Andorre et de la Belgique d’être montrés du doigt par les membres du G20. Ces paradis fiscaux n’ont guère d’autre choix que de collaborer s’ils ne veulent pas figurer sur la liste noire des paradis fiscaux non-coopératifs. Le ministre belge des finances, Didier Reynders, a confirmé devant les députés que la Belgique renoncerait au secret bancaire dès l’année prochaine.Le Liechtenstein va dans le même sens en promettant une révision de sa législation pour se conformer aux normes de transparence imposées par l’OCDE. «Le temps est venu d’adapter notre système d’entraide judiciaire et administrative», a annoncé le prince Aloïs II du Liechtenstein.Albert Pintat, le chef du gouvernement de la principauté d’Andorre, promet aussi de se conformer aux exigences de l’OCDE et de lever le secret bancaire d’ici au mois de novembre. La Suisse, le Luxembourg et l’Autriche résistent encore à pratiquer la transparence au nom de la protection des données privées et de la concurrence des paradis fiscaux anglo-saxons.[Source :  Express.be]

Show More
Close
Close