EconomieTech

La capitale mondiale de Big Tech interdit la technologie de reconnaissance faciale

San Francisco, l’une des villes du monde les plus à la pointe en technologie, est la première ville aux Etats-Unis à interdire à son gouvernement d’utiliser la technologie de reconnaissance faciale. Cette interdiction fait partie d’une campagne plus vaste lancée par le conseil des autorités de surveillance afin de limiter la surveillance de la population, écrit Rachel Metz, journaliste de CNN Business. L’arrêté, qui interdit l’utilisation de la technologie de reconnaissance faciale par la police et d’autres services publics, pourrait également inciter d’autres administrations locales à prendre des mesures similaires.

Cependant, tous les habitants de la ville n’approuvent pas cette décision.

Pas d’Etat policier

« Nous soutenons tous une police efficace, mais aucun d’entre nous ne veut vivre dans un État policier », a déclaré à CNN Business, Aaron Peskin, superviseur à San Francisco qui a présenté le projet de loi plus tôt cette année.

La police de San Francisco n’utilise pas cette technologie à l’heure actuelle. Elle fait l’objet d’un examen minutieux en raison de préoccupations croissantes quant à son déploiement, à sa précision et même à l’origine des visages utilisés pour entraîner les systèmes de reconnaissance faciale.

Cependant, l’arrêté comporte une exception pour les installations sous contrôle fédéral tels que l’aéroport international de San Francisco et le port de San Francisco. Les entreprises et les particuliers peuvent également continuer à utiliser les technologies de reconnaissance faciale ou de surveillance sur leur propriété. La police peut également utiliser des images issues de caméras de surveillance.

« La reconnaissance des visages suscite de plus en plus d’intérêt, mais des questions cruciales se posent également », affirme Rachel Metz. La reconnaissance faciale s’est considérablement améliorée ces dernières années grâce à l’apprentissage en profondeur. Pourtant, des chercheurs d’Amnesty International et des groupes de défense des droits civils tels que l’American Civil Liberties Union s’inquiètent de la précision et des préjugés des systèmes de reconnaissance faciale.

On craint que ces systèmes ne soient pas aussi efficaces pour reconnaître correctement les personnes de couleur et les femmes. Le système aurait été principalement formé avec des bases de données de sujets masculins blancs.

Moratoire

Matt Cagle, spécialiste des droits civils chez Aclu, espère que cette initiative encouragera d’autres villes à prendre une décision similaire. Aux États-Unis, à l’heure actuelle, aucune loi fédérale n’indique comment utiliser la technologie de l’intelligence artificielle.

Un projet de loi du Sénat introduit en mars obligerait les entreprises à obtenir le consentement des consommateurs avant de collecter et de partager des données d’identification. Un certain nombre d’États et de collectivités locales ont déjà pris des initiatives en ce sens. Le Sénat californien étudie actuellement un projet de loi qui interdirait à la police de l’État d’utiliser une technologie biométrique telle que la reconnaissance faciale avec des images de caméra corporelle.

A San Francisco, tout département de la ville qui souhaite utiliser une technologie ou des services de surveillance doit d’abord obtenir l’approbation du conseil de surveillance.

Dans un communiqué, le département de police de San Francisco a déclaré qu’il se félicitait des mesures prises pour protéger les libertés et les droits civils tout en équilibrant les besoins qui protègent les résidents, les visiteurs et les entreprises de la ville.

Cependant, certains groupes locaux s’opposent à l’arrêté de surveillance, notamment plusieurs groupes de résidents.

Joel Engardio, vice-président de Stop Crime SF, a déclaré que dans l’ensemble, la législation est « nécessaire et utile » bien qu’elle « aurait pu être meilleure ». Le groupe estime qu’un moratoire sur son utilisation pourrait être une meilleure option.

« Cela permettrait à une version améliorée de la technologie d’être introduite plus tard », a déclaré Engardio. « Utilisé de manière responsable, cela pourrait être un bon outil de sécurité publique. »

Tags
Show More
Close
Close