EconomieTech

La banque centrale des banques centrales met en garde contre Facebook

Le lancement par Facebook du Libra, un nouveau mode de paiement numérique, pourrait comporter des risques pour le système bancaire international. Selon la Banque des règlements internationaux (BRI), l’adoption de monnaies virtuelles en dehors du système financier actuel pourrait réduire la concurrence et créer en outre des problèmes de confidentialité des données. L’institution souligne que les décideurs mondiaux se doivent de réagir rapidement.

Selon la BRI, le passage de grandes entreprises technologiques telles que Facebook, Amazon et Alibaba aux services financiers peut accélérer les transactions et réduire les coûts, en particulier dans les pays en développement. « Toutefois, cette décision pourrait également nuire à la stabilité d’un système bancaire qui vient de se remettre du krach boursier. 2008 », avertit l’institution.

Risques

De nombreux experts en technologie ont déjà mis en garde contre ces risques, explique le quotidien britannique The Guardian. A présent, la Banque des règlements internationaux (BRI) a également averti des dangers potentiels liés au lancement du Libra.

« L’objectif devrait être de réagir à l’entrée des grandes technologies dans les services financiers afin de profiter des gains tout en limitant les risques », a déclaré Hyun Song Shin, conseiller économique et chef de recherche à la BRI. « Les politiques publiques doivent avoir une approche plus globale qui s’appuie sur la réglementation financière et qui garantit la concurrence sur le marché et la confidentialité des données. »

Facebook a annoncé qu’il lancerait sa propre monnaie numérique en 2020. Cea permettra à ses milliards d’utilisateurs d’effectuer des transactions financières dans le monde entier. Toutefois, ce lancement pourrait potentiellement bouleverser le système bancaire international.

Chris Hughes, l’un des fondateurs de Facebook. Hughes a récemment souligné l’inquiétude suscitée par l’entrée de grandes entreprises technologiques dans le secteur financier. Il a également averti que l’introduction de Libra pourrait transférer le pouvoir financier entre de mauvaises mains.

Hughes, coprésident du projet de sécurité économique, a déclaré que même avec un succès modeste, la monnaie numérique de Facebook transférerait une grande partie du contrôle sur la politique monétaire des banques centrales aux sociétés de technologie privées. « Si les régulateurs mondiaux n’agissent pas maintenant, il sera peut-être trop tard », a averti Hughes.

Nouvelle réalité

Selon Shin, le contrôle bancaire doit également prendre en compte cette nouvelle réalité. « On peut se demander si le système actuel, qui permet aux banques de facturer davantage et de constituer des réserves pour se protéger en temps de crise, est préférable à un système plus concurrentiel où les coûts de transaction sont moins élevés, mais où le secteur financier est moins résilient », a déclaré Shin.

Selon Shin, les décideurs doivent également coordonner leurs efforts pour faire en sorte que les nouveaux systèmes soient réglementés afin de protéger les clients et de les empêcher de faciliter le blanchiment d’argent.

Des sociétés telles que Alibaba et eBay ont déjà pénétré les marchés financiers avec leurs services de paiement respectifs, Alipay et PayPal. D’autres sociétés de technologie proposent des produits d’assurance ou se concentrent sur l’octroi de prêts. Leurs services sont souvent destinés aux petites entreprises et aux consommateurs, qui travaillent généralement avec de petites montants pour de courtes périodes. Une grande partie des activités est concentrée sur les marchés émergents.

« Les services financiers ne représentent encore qu’une petite partie des grandes entreprises de technologie », précise The Guardian. « Ils représentent environ 11% du revenu de ces entreprises. »

La Banque des règlements internationaux souligne que les entreprises de technologie peuvent tirer des avantages concurrentiels considérables sur le marché financier. « Elles peuvent proposer des services aux entreprises et aux ménages n’ayant pas accès au circuit bancaire normal », a déclaré l’institution. « Elles ont une large base de clients et ont également accès à un grand volume d’informations. »

« Les régulateurs devraient garantir des conditions de concurrence équitables entre les grandes entreprises technologiques et les banques. Étant donné que la technologie n’est pas limitée par des frontières géographiques, une coordination efficace entre les autorités nationales et internationales sera cruciale. »

Tags
Show More
Close
Close