ScienceTech

La 5G est-elle dangereuse pour la santé ? Les scientifiques sonnent l’alarme

La 5G, le nouvel internet mobile ultra-rapide, est en train d’être déployée. La 5G est deux fois plus rapide que la 4G. Vous pouvez télécharger un film en ultra HD en 10 secondes. Magnifique. Mais il existe des préoccupations et un impact négatif majeur sur la santé des personnes. 240 scientifiques et médecins, dont 2 professionnels belges, sont très inquiets. Ils ont déposé une demande auprès des Nations Unies et de l’Organisation mondiale de la santé pour reporter la 5G. Les scientifiques veulent des éclaircissements sur l’impact sur notre santé. La 5G serait-elle dangereuse pour la santé?

La 5G est-elle dangereuse pour la santé?

Le 5G Appeal est un groupe d’environ 240 scientifiques et médecins, qui ont déjà fait appel à l’UE en 2017 pour arrêter le déploiement de la 5G. Ils voulaient d’abord s’assurer que la 5G ne soit pas nocive pour l’homme et l’environnement.

Les scientifiques – parmi lesquels le professeur Marie-Claire Cammaerts de la VUB et le professeur André Vander Vorst de l’Université de Louvain-la-Neuve  – s’inquiètent du fait que la 5G va nécessiter beaucoup plus d’antennes. Cela provoquerait une exposition accrue aux champs électromagnétiques.

Selon les signataires, les champs électromagnétiques peuvent, entre autres, augmenter le risque de cancer. Ils peuvent affecter la fertilité et réduire les capacités d’apprentissage et de mémoire. La 5G aurait aussi généralement un impact négatif sur le bien-être des personnes.

La 5G, comment ça marche ?

Tous les réseaux mobiles, ainsi que la radio, la télévision et le Wi-Fi, fonctionnent avec des champs électromagnétiques : les champs de radiofréquences (champs RF). La 5G fonctionne également avec les champs RF. La 5G utilisera partiellement les fréquences actuellement utilisées pour la 3G. En outre, la 5G sera également sur une fréquence plus élevée que la 3G et la 4G. Les fréquences plus élevées ont une portée plus faible. Par conséquent, avec l’avènement de la 5G, vous verrez apparaître des antennes supplémentaires dans les rues.

Étant donné que la 5G fonctionne généralement à des fréquences plus élevées, le rayonnement électromagnétique peut pénétrer moins profondément dans le corps. Seulement dans la peau et pas plus profond, contrairement aux 3G et 4G. La probabilité que les champs RF de la 5G atteignent le cerveau est donc très faible et n’est présente que dans des champs très puissants. Tant que les réseaux 5G restent au-dessous des limites d’exposition, le risque qu’ils pénètrent dans le cerveau n’est donc pas très réel.

La nuance

Ces limites sont la nuance de toute l’histoire. Il a déjà été prouvé que de forts champs RF peuvent provoquer un échauffement excessif du corps. Cela peut être particulièrement malsain pour les organes. Si l’intensité des champs reste inférieure aux limites, les organes ne peuvent pas se réchauffer par les champs RF de manière à causer des dégâts. Les preuves des effets indésirables qui ne soient pas des effets de la chaleur sont insuffisantes.

Selon les scientifiques et les médecins à l’origine de The 5G Appeal, le réseau 5G, tel qu’il sera introduit, augmente également les risques de maladies telles que le cancer. Il y a des indications que la 5G augmente le risque de maladies, mais pas plus que ça.

Les champs de radiofréquences ont été classés par le Centre international de recherche sur le cancer (CIRC) dans la catégorie « probablement cancérogène ». Cela concerne tous les champs RF – y compris le WiFi, la radio, etc. – et pas seulement la fréquence utilisée pour la 5G.

Ce que « possible » pourrait signifier

« Potentiellement cancérigène » signifie qu’il existe peu de preuves que le produit  puisse être cancérogène pour l’homme. Mais cela n’a certainement pas encore été prouvé que le produit provoque effectivement le cancer. Dans le cas des champs RF, la science n’est pas du tout convaincue qu’il y a un risque accru de tumeurs cérébrales, par exemple : il y a au moins autant d’études qui contredisent cela que d’études qui vont dans l’autre sens.

Le nombre de patients atteints de tumeurs cérébrales n’a pas augmenté dans le monde au cours de ces 25 dernières années, pas même après l’introduction de la 4G. Il n’existe aucune explication biologiquement valable sur la manière dont les champs RF pourraient provoquer des tumeurs cérébrales.

La thèse qui fait consensus chez les spécialistes, c’est que tant que les limites d’exposition internationales ne sont pas dépassées, la probabilité que les champs RF conduisent à des tumeurs au cerveau ou à d’autres maladies du cerveau est nulle.

Tags
Show More

Express devient Business AM

Close
Close