L’État islamique et Boko Haram viennent de fusionner … et cela a des implications majeures

L’organisation terroriste nigériane Boko Haram vient de prêter serment d’allégeance au groupe terroriste de l’Etat islamique (EI), affirme Mohammed al-Adnani, un porte-parole de ce dernier sur un enregistrement audio diffusé sur les médias sociaux.

Depuis 2011, Boko Haram a tué 11.000 personnes, dont 6.000 rien que l’année dernière. Le porte-parole invite également les Musulmans à se joindre aux militants en Afrique de l’Ouest.

Les territoires dont Boko Haram a pris le contrôle, y compris un état islamique auto-proclamé dans le nord du Nigeria, deviendraient un « valiyat » ou province du Califat. Le leader de Boko Haram, Abubakar Shekau, recevrait le titre de «vali», ou émir provincial.

L’État islamique a déjà établi des partenariats avec un éventail de groupes terroristes étrangers, y compris Ansar Bayt al-Maqdisi du Sinaï égyptien, et divers groupes libyens. L’EI est gouverné par une «shura», sorte de conseil consultatif qui détermine la stratégie du groupe. Mais elle prend des distances avec les questions tactiques sur le terrain.

Selon Daveed Garten Stein-Ross de la Fondation pour la Défense des Démocraties, l’intégration de Boko Haram par l’EI est un évènement déterminant. « Quand je pense plus avant sur l’engagement de Boko Haram d’allégeance à l’EI, je n’insisterai jamais assez sur l’importance que cela peut avoir. Cela change véritablement la donne », a-t-il twitté.

Même s’il ne mène pas à une coopération opérationnelle très étroite, il va permettre à l’EI d’étoffer son réseau en Afrique, et d’intensifier sa lutte d’influence contre Al-Qaïda, ce qui signifie qu’il pourrait également incorporer d’autres groupes pour l’instant associés à cette dernière, comme Ansar al-Sharia en Libye et en Tunisie.

La fusion de Boko Haram avec l’EI est aussi une bonne nouvelle pour la politique de communication du groupe terroriste au cours d’une semaine au cours de laquelle il a déploré des défaites en Irak, où Tikrit, la ville natale de Saddam Hussein qui était passée sous son contrôle, vient d’être reprise par l’armée irakienne.

Cette intégration donne des « options territoriales » à l’EI et elle alimente la perception que le mouvement a le vent en poupe. Même s’il subit des pertes dans d’autres régions, il peut continuer d’affirmer qu’une dynamique a été créée et que son expansion se poursuit.

Malgré le fait que l’État nigérian rejette toujours la réclamation territoriale de Boko Haram dans le nord du Nigeria, il n’a jamais réussi à reprendre ce territoire.

Show More

Express devient Business AM

Close
Close