Garry Kasparov : « Le train Trump se rapproche de son terminus »

Le grand maître d’échecs russe Garry Kasparov est l’un des plus grands critiques du président russe Vladimir Poutine. Kasparov a fui la Russie après l’assassinat de Boris Nemtsov en 2013 et il vit maintenant à New York. Il dit toujours se méfier des Russes et ne prend jamais un thé avec des étrangers. Depuis son exil aux États-Unis, il voyage à travers le monde, pour résister à Poutine et lutter en faveur de la situation des droits de l’homme en Russie.Dans une colonne qu’il a écrite pour le New York Daily News, Kasparov établit un parallèle entre le comportement du président américain Trump au sujet de « l’affaire Russe » et la façon dont Poutine surmonte tous les scandales dans son pays :«Pour les autocrates, nier avec colère est la première phase de réaction lorsque l’on prononce des accusations concrètes contre eux. +Non! Jamais! Il s’agit d’une histoire fabriquée de toutes pièces !+

Ensuite, lorsque les preuves commencent à s’accumuler, cette stratégie évolue vers une ignorance feinte, tout en criant à l’incompréhension, accompagnée de tentatives pour diffamer les accusateurs, jeter le blâme sur les autres pour des péchés similaires et discréditer le concept de la vérité. + Je ne savais pas que c’était mal ! Les médias veulent ma peau ! D’autres ont fait pire! Qui sait ce qui s’est vraiment passé ?+

Si cela ne suffit pas, il est temps de passer à la dernière étape, la confession. Pas le genre qui est réputée être bonne pour l’âme, mais la vantardise agressive, pleine de défi, d’une personne qui est certaine qu’elle ne sera pas punie dans cette vie ou dans la prochaine pour le crime qu’elle a nié pendant si longtemps. +Je l’ai fait, et alors ? Il n’y a rien de mal à ça ! Qu’est-ce que tu vous allez faire maintenant ?+

Après plusieurs mois de dénis, de mensonges et de distractions pour tenter d’écarter l’accumulation de preuves montrant que l’équipe de campagne de Trump a sciemment travaillé avec la Russie pour remporter l’élection présidentielle de 2016, le train Trump se rapproche de son terminus ».

Show More
Close
Close