Economie

James Bond est un formidable outil de recrutement pour le service d’espionnage britannique

Selon un expert en renseignement du MI6, les services secrets britanniques, James Bond demeure un puissant outil de recrutement et ce, malgré les affirmations selon lesquelles il s’agit d’un personnage irréaliste et violent.

Le Dr Rory Cormac, professeur agrégé de relations internationales spécialisé en renseignement secret à l’Université de Nottingham, a déclaré que le MI6 était particulièrement satisfait de l’impact positif du personnage principal de l’écrivain britannique Ian Fleming.

Selon Cormac, les candidats qui souhaitent s’engager dans les services se retirent tôt du processus de recrutement. « Beaucoup de personnes qui souhaitent devenir James Bond sont éliminées très tôt, car ce sont psychopathes. »

Omniscience

« Le MI6 aime l’image créée par James Bond », a déclaré Rory Cormac, spécialiste des services de renseignement. « Bond est lié à l’omnipotence et à l’omniscience britanniques. C’est également un excellent outil de recrutement. »

« En outre, James Bond a également une grande valeur diplomatique », a expliqué le spécialiste. Lorsque des agents du MI6 tentent de nouer des contacts avec des habitants de pays lointains dans le cadre d’opérations, ils se font saluer avec un « Bonjour, Monsieur Bond ! ». « Cela aide à briser la glace », explique l’expert.

Alex Younger, le chef des services secrets britanniques, a déclaré en 2016 que les stéréotypes fictifs dans les livres de Fleming avaient créé une image de l’espion du MI6 qui ne ressemblait en rien à la réalité.

« J’ai des sentiments mitigés à propos de Bond », a reconnu Younger. « Il a créé une marque puissante pour le MI6. Rares sont les personnes qui ne viendront pas déjeuner si je les invite. Nombre de nos homologues envient la reconnaissance mondiale de notre acronyme… Mais si Bond devait postuler pour rejoindre le MI6 maintenant, il devrait changer de comportement. »

« Bond induit souvent le public en erreur sur les capacités requises des services de renseignement », a expliqué Younger. « Beaucoup de personnes pensent qu’une carrière au MI6 nécessite une formation dans les universités d’Oxford ou de Cambridge ou une maîtrise du combat au corps à corps. Ceci est, bien entendu, manifestement faux. Il n’y a pas d’officier MI6 standard. »

CIA

Cormac a également expliqué qu’Allen Dulles, ancien directeur de la CIA, était également un grand fan de James Bond. « Dulles était à la tête du service d’espionnage américain lorsque l’auteur Ian Fleming a publié ses premiers romans avec le personnage de James Bond dans les années 1950. »

« L’impact de Bond a été tout aussi important aux États-Unis qu’en Grande-Bretagne. À l’époque, Dulles aimait tous les gadgets dont James Bond disposait. Il a même demandé au service technique de la CIA de proposer de telles innovations. »

« Dulles et Fleming sont devenus amis », explique Cormac. Dans le livre « L’Homme au pistolet d’or « , Fleming fait même référence à Dulles. L’histoire se termine par une scène durant laquelle le personnage principal lit « The Craft of Intelligence », l’ouvrage que Dulles a publié sur sa propre carrière.

Tags
Show More
Close
Close