Jack Ma (Alibaba Group) : « Seulement 6 % des entreprises ont profité de la mondialisation »

EXCLUSIF EXPRESS.BE

« Le monde a toujours mis l’accent sur la règle des 20/80. Les banques ont consacré leur attention aux 20 % des citoyens les plus riches du monde dans nos sociétés. 20 % des grandes entreprises, ont réalisé 80 % des bénéfices. Si le monde veut rester viable, il doit inverser cela. Le monde doit respecter la règle des 80/20. Nous devons nous concentrer sur les 80 % des personnes employées en PME et les indépendants, les 80 % de jeunes et les 80 % de pays en voie de développement. Le monde n’a pas besoin d’un G20, mais d’un G200 ».

Cette déclaration, c’est celle que Jack Ma, le fondateur / PDG d’Alibaba, la plus grande société Internet du monde, a faite au Global Business Forum à New York, organisé par l’agence de presse Bloomberg. Ma sait de quoi il parle. Au cours des 20 dernières années, son entreprise a créé environ 30 millions d’emplois.«Sur les 30 dernières années, 6 % des entreprises ont bénéficié de la mondialisation. Les 30 prochaines années – si les données sont correctes et je pense qu’elles le sont – 60 % des PME vont se mondialiser et pourront bénéficier de la mondialisation. Il n’y a rien de mal à la mondialisation, seulement, nous devons optimiser la mondialisation. La mondialisation doit être inclusive ».

20/80  ou 5/95 ?

Les chiffres que Ma a mentionnés à New York ne sont pas nouveux. En Europe, 95 % des crédits proposés par les banques sont octroyés à des sociétés cotées. Steen Jakobsen, économiste en chef à la Saxo Bank, a calculé que 20 % des sociétés sont cotées en bourse, et que 80% ne le sont pas. Par conséquent, cela signifie que 80% des entreprises doivent se contenter de 5% de la totalité du crédit disponible. Ces PME détiennent aussi moins de 1% du capital politique (le temps que les politiques consacrent à défendre les intérêts d’un groupe, ndlr). 99% du capital politique sont affectés aux sociétés cotées ».

Une petite minorité d’entreprises s’accapare plus de 40 % de l’économie mondiale

En 2011, une étude réalisée par l’Université de Zurich avait tiré les conclusions suivantes :

« Un petit groupe d’entreprises – pour la plupart des institutions financières –  contrôlent 40 % du total des richesses du monde. Dans le top 20 de ces entreprises (elles sont au nombre de 147 au total), on retrouve Barclays Bank, JPMorgan Chase & Co, et le groupe Goldman Sachs ».

Cette petite élite a également été le principal bénéficiaire des politiques d’assouplissement monétaire et de la baisse des taux d’intérêt pratiquées ces dernières années.

Show More

Express devient Business AM

Close
Close