EconomiePolitique

L’enfant à problème de l’Europe, l’Italie, est devenu le gros lot de la Chine

L’Italie sera le premier membre du G7 à signer une déclaration officielle de soutien à l’initiative « Belt-and-Road » (B&R). Si possible, cela se produira lors de la visite du dirigeant chinois Xi Jinping. Il arrive à Rome le 22 mars.

One Belt, One Road, la «nouvelle route de la soie»

« One Belt, One Road » est un réseau mondial de routes, de ports, de chemins de fer et de projets énergétiques d’une valeur de plus de 1 000 milliards de dollars. Les nouveaux itinéraires relieront la Chine à 80 pays du reste du monde pour mener ensuite vers le pays. Les Chinois appellent leur projet la « Nouvelle Route de la Soie ».

« One Belt, One Road » vise à relier directement 65 % de la population mondiale et un quart du PIB mondial à la Chine. C’est ce qu’a calculé McKinsey. Si le projet est réalisé, une grande partie du commerce mondial sera liée à la stratégie économique chinoise.

Italie - One Belt, One Road

Mais B&R est un concept, pas une organisation. Il n’y a pas d’adhésion non plus. Certains comparent l’initiative à l’équivalent politique d’un réseau social.

L’Italie veut acheter la bonne volonté chinoise

Le fait que c’est précisément l’Italie qui s’enthousiasme pour le concept officiel s’inscrit dans une certaine logique. L’Italie est une cible stratégique des Chinois depuis des années. L’accès aux ports italiens permettra aux Chinois de transporter plus facilement leurs marchandises de la Méditerranée vers l’Europe du Nord. Les ports ne sont pas non plus la seule cible de la Chine. Ces dernières années, le pays a investi d’importantes sommes dans le réseau électrique italien et dans le secteur renommé du luxe italien. Depuis 2000, plus de 600 entreprises italiennes ont pu bénéficier des investissements chinois pour un montant total supérieur à 13,7 milliards d’euros. En soutenant l’initiative B&R, l’Italie espère acheter principalement de la bonne volonté chinoise. Cela devrait également stimuler les échanges commerciaux entre les deux pays.

L’UE et les États-Unis ne sont pas enthousiastes

Ils voient dans cette manœuvre une simple tentative des Chinois de frapper l’Europe là où elle est la plus faible. Il devient de plus en plus difficile pour l’UE d’adopter des positions unifiées lorsque sa troisième plus grande économie commence à agir de manière autonome. Washington réagit également négativement. Avec B&R, la Chine cherche seulement à enterrer d’autres pays que sous le poids de la dette, disent-ils. Comme la Chine finance de grands projets d’infrastructure dans ces pays, elle ne fait que les réduire à des débiteurs permanents. On suggère même que la Chine ne cherche qu’à étendre son influence militaire et politique à l’étranger. Par exemple, les Chinois ont promis d’importants investissements dans un port pakistanais, qui comporte également une grande importance stratégique militaire stratégique.

La Chine rejette toutes les critiques et souligne les réalisations dans son propre pays. Lorsque l’infrastructure est construite, l’expansion économique suit automatiquement.

Italie: un pays de l’UE où la croissance économique s’avère toujours être un mirage

Mais peut-être que Bruxelles devrait aussi s’interroger sur elle-même. Rome est avant tout le représentant de la gestion économique catastrophique de la zone euro. L’Italie – qui chaque fois redevenait compétitive en dévaluant sa monnaie – est devenue un pays où la croissance économique b’est plus qu’un mirage. Malgré la reprise économique à court terme dans la zone euro, le pays vient officiellement de retourner en récession. Le fait que Rome attire l’attention de la Chine n’est qu’une logique économique. L’Italie, comme on l’a dit, a toujours été une cible pour les Chinois. Même si les échanges commerciaux entre les deux pays ont légèrement diminué ces dernières années.

En termes réels, les investissements chinois les plus importants de ces dernières années ont surtout profité au Royaume-Uni, à l’Allemagne et à l’Italie. Mais jusqu’à présent, l’initiative Belt-and-Road (B&R) s’était principalement concentrée sur les petits pays. Les pays d’Europe de l’Est et le Portugal, par exemple, comme le montre le graphique suivant du Financial Times. La Chine devrait maintenant avoir accès au reste de l’UE par l’intermédiaire de l’Italie. Par exemple, un train à grande vitesse relie le nord de l’Italie aux Balkans par l’est.

Italie - investissements de la Chine
Tags
Show More

Express devient Business AM

Close
Close