Les vaches sacrées sont une malédiction pour l’économie indienne

En 2014, le Premier ministre Narendra Modi était arrivé au pouvoir en Inde sur la promesse d’accélérer la croissance économique du pays. Mais également de tenir compte des demandes de ses partisans orthodoxes hindous qui soutiennent son parti, le parti nationaliste hindou, Bharatiya Janata. Or, ces 2 promesses sont contradictoires, compte tenu du potentiel énorme de l’élevage en Inde. Car c’est précisément cette communauté qui a élevé la vache au rang de « mère de la nation hindoue », et en a fait la Gau Mata (mère vache).

En 2014, le Premier ministre Narendra Modi était arrivé au pouvoir en Inde sur la promesse d’accélérer la croissance économique du pays. Mais également de tenir compte des demandes de ses partisans orthodoxes hindous qui soutiennent son parti, le parti nationaliste hindou, Bharatiya Janata. Or, ces 2 promesses sont contradictoires, compte tenu du potentiel énorme de l’élevage en Inde. Car c’est précisément cette communauté qui a élevé la vache au rang de « mère de la nation hindoue », et en a fait la Gau Mata (mère vache).

En Inde, les vaches sont sacrées, et dans certains états, il est même interdit de les mener à l’abattoir, même lorsqu’elles sont âgées. Récemment, les lois se sont encore durcies, et dans l’État du Gujarat, patrie de Modi, les contrevenants risquent la perpétuité. Depuis cet été, vendre ou acheter des bovins (y compris des buffles) pour les mener à l’abattoir est devenu un délit pénal dans tout le pays.Mais ces lois perturbent le marché du lait pourtant très prospère en Inde. Le pays est le plus grand producteur de lait du monde, mais aussi l’un des plus grands exportateurs de cuir et de viande, avec 11 milliards de dollars d’exportations pour cette dernière en 2016.

Une malédiction pour l’économie

L’industrie du cuir, qui était particulièrement à bien implantée dans le nord du pays, est maintenant obligée d’importer les peaux. Les exportations de viande de buffle ont commencé à diminuer.Mais ce mouvement de protection des vaches affecte aussi la production de lait. L’Inde éprouve pourtant des difficultés à soutenir la demande d’une population de plus en plus nombreuse pour des aliments plus nourrissants. Si les fermiers n’a pas la possibilité de vendre leurs animaux devenus inutiles, le cours du lait risque de grimper. D’un autre côté, de plus en plus de faire de fermiers seront réticents à acquérir de nouvelles vaches. La production de lait, pourtant une grande fierté du pays, s’en trouve directement menacer.Les fermiers qui ne peuvent plus nourrir leurs vaches vieillissantes les abandonnent pendant la nuit. En conséquence, le nombre d’animaux sauvages a fortement augmenté. Livrées à elles-mêmes, ces vaches dévastent les champs.

Une malédiction pour l’harmonie des communautés

Des milices de « protecteurs des vaches » se sont formées dans le nord du pays pour faire respecter la législation, et protéger les animaux. Les tensions entre communautés hindoue et musulmane sont vives. Les nationalistes hindous veulent empêcher les musulmans de manger de la viande et de sacrifier des animaux lors des fêtes religieuses. Des fermiers musulmans et des négociants de bétail ont été assassinés. Les bouchers musulmans se sentent menacés et la peur est en train de gagner toute la communauté.

Show More

Express devient Business AM

Close
Close