EconomieScience

L’Inde aussi va sur la Lune

L’Inde ambitionne de lancer Chandrayaan-2, sa seconde mission inhabitée sur la lune, le 6 ou le 7 septembre prochain. A cette date, le pays devrait faire alunir une fusée de sa propre conception, pour déposer un rover au pôle sud de la lune, un territtoire lunaire demeuré largement inexploré jusqu’à présent. 

C’est l’agence spatiale indienne Indian Space Research Organization (Isro), qui a annoncé ces plans.

Une nouvelle puissance spatiale

Cette nouvelle mission confirme le positionnement de l’Inde comme l’unes des nouvelles grandes puissances spatiales. Selon l’ISRO, près de 141 millions de dollars auraient été consacrés à à la mission Chandrayaan-2, dont l’objectif sera d’analyser des minéraux, de cartographier la surface de la Lune, et de chercher la présence éventuelle d’eau.

L’Inde a dépassé l’année dernière la France, devenant ainsi la sixième plus grande économie du monde, et elle s’apprête également à ravir sa cinquième place à la Grande-Bretagne. Le gouvernement nationaliste du Premier ministre indien Narendra Modi est très désireux montrer l’avance technologique de son pays. 

En mars de cette année, le pays a  testé avec succès une arme antisatellite. Il a réussi à détruire l’un de ses propres satellites grâce à un tir de missile. Selon le Premier ministre, cet exploit a confirmé la puissance de l’Inde en tant que force spatiale majeure, aux côtés des États-Unis, de la Russie et de la Chine. Mais ce n’est pas tout. Le pays asiatique projette également de lancer des missions spatiales habitées d’ici 2022. S’ilparvient effectivement à envoyer des astronautes dans l’espace, cela fera de lui le quatrième pays à réussir cette prouesse, après les États-Unis, la Russie et la Chine.

Les projets indiens coïncident avec un intérêt renouvelé pour l’espace que l’on observe actuellement dans plusieurs pays du monde. Les États-Unis veulent envoyer un vaisseau spatial habité au pôle sud de la lune d’ici 2024. Et en avril de cette année, une équipe israélienne a tenté sans succès de faire poser un vaisseau spatial inhabité sur la lune. Le projet aurait dû être le premier alunissage financé par le secteur privé de l’histoire.

Des retombées économiques importantes

Les dizaines d’années de recherches spatiales ont aussi eu des retombées économiques importantes pour l’Inde, lui permettant de résoudre un certain nombre de problèmes sociaux. Par exemple, grâce à ses satellites, le pays peut maintenant mieux prévoir les migrations de poissons, mais aussi mieux prévoir les tempêtes et les inondations.

L’Inde a lancé sa première mission lunaire Chandrayaan-1 (« vaisseau lunaire » en sanscrit) il y a onze ans. La sonde a permis de confirmer la présence d’eau sur la lune. En 2013, l’Inde a placé un satellite en orbite autour de la planète Mars.

Néanmoins, ces efforts suscitent aussi des critiques. Certains se posent des questions sur le bien-fondé de telles dépenses dans un pays où une grande partie de la population vit encore sous le seuil de pauvreté, et où le taux de mortalité infantile demeure élevé.

Mais selon l’économiste indien Gurcharan Das, le budget de la conquête spatiale indienne demeure limité. En revanche, celle-ci pourrait apporter des bénéfices énormes sur tout le pays, s’étendant bien au delà du seul domaine scientifique. 

Tags
Show More
Close
Close