Economie

Îles Midway: comment un endroit paradisiaque est devenu un enfer de plastique

L’homme fait preuve engénéral d’une grande désinvolture par rapport aux déchets enplastique, mais sur les Midway Islands, les conséquences de laculture des déchets en plastique jetés n’importe où sont de plus en plusclaires affirme Nick Paton Walsh, correspondant en affairesinternationales chez CNN. Les problèmes de ce groupe d’îles dansl’Océan Pacifique montrent selon lui qu’une attitude passive vis-à-vis de cette situation ne peut plus être admise.

« Sur ces îles viventdes espèces rares d’albatros, mais les déchets en plastique sont unemenace pour leur survie », témoigne Paton Walsh. « Lespoussins sont en effet nourris avec du plastique. Leurs parentsrecherchent de la nourriture dans l’océan, mais ils prennent leplastique pour des aliments. »

« Le plastique estdonc donné aux poussins qui l’avalent mais ne peuvent le digérer.Malgré la sensation de satiété qu’ils ressentent, ilsn’accepteront pas d’autre nourriture et mourront finalement demalnutrition. Sans le savoir, les parents tuent leur progéniture àcause des déchets que l’homme jette sans se préoccuper desconséquences. »

Conscience

Le journaliste admet queces dernières années, la population a acquis une conscience de plusen plus grande en ce qui concerne la gestion des déchets en plastique. »Cette tendance est presqu’aussi populaire que le recyclage dupapier dans les années 80 du siècle dernier », explique PatonWalsh. « A cette époque, les personnes se sont rendues comptequ’il fallait faire quelque chose pour sauver les forêts. »

« Entre-temps, leshypermarchés sont convaincus que leur production de déchets doitdiminuer. Des pays comme le Kenya et le Rwanda ont interdit l’emploide sacs en plastique. La ville de San Fransisco a pris une mesuresimilaire. »

Cette conscience et cesinitiatives sont synonymes de progrès, mais selon Paton Walsh, ilfaut entreprendre plus d’actions. »Les personnespourraient mieux comprendre le problème si elles prenaient la peine degarder tout le plastique qu’elles ont utilisé pendant la journée »,suggère Paton Walsh. « De cette manière, l’importance et lecaractère angoissant du problème leur apparaîtraient aussitôt. »

Impact

« Le plus inquiétantest que presque personne ne sait quelles seront finalement lesconséquences de cette situation. Les effets du plastique sur lecorps humain, surtout à l’échelle nanométrique, restent toujourspeu clairs », affirme Paton Walsh.

« Un certain nombred’études ont montré que le plastique a une influence sur lareproduction et le comportement sensoriel des poissons, mais rienn’est connu sur son influence sur les capacités humaines dereproduction. »

« Il a été démontréque le plastique s’est infiltré en quantités alarmantes dans l’eaude distribution » dit encore Paton Walsh. « Mais nouspréférons nous voiler la face. Dans quelques décennies, leplastique sera devenu une partie intégrante de notre viequotidienne. »

« Il faut admettre quele plastique est un produit pratique qui facilite bien des aspects dele vie, mais la réalité est qu’il est particulièrement difficilede s’en passer, même si on le voulait. L’homme est souvent obligéd’accepter de l’utiliser, mais l’ignorance et la passivité nepeuvent plus être considérées comme des choix corrects. »

Show More
Close
Close